Comment Kyle Roof effectue des tests SEO et optimise les facteurs de page


Aujourd’hui, je suis ravi d’avoir Kyle Roof sur le podcast! Vous pouvez trouver une partie du travail de Kyle sur Internet Marketing Gold et Page Optimizer Pro.

Kyle est impliqué dans le référencement depuis longtemps et est bien connu dans l’industrie. En particulier, il est bien connu pour effectuer des tests de référencement pour voir ce qui fonctionne réellement pour le classement dans Google plutôt que de simplement prendre les mots des autres pour cela.

Voici quelques points dont nous avons discuté lors de l’entretien:

Lire la transcription

Hé, tout le monde, c’est Spencer Haws ici avec nichepursuits.com et bienvenue au podcast Niche Pursuits. J’ai une autre interview pour vous aujourd’hui. C’est avec Kyle Roof d’Internetmarketing.gold et pageoptimizer.pro.

Kyle est un SEO vraiment intelligent. Il se spécialise dans l’optimisation des moteurs de recherche et ce que je trouve vraiment unique dans ce qu’il partage au cours de cette interview, c’est qu’il a tout pour faire votre propre test SEO. En d’autres termes, il aime voir les données. Il ne veut pas simplement lire ce que font les autres et comment cela peut ou non avoir un impact réel sur le classement des moteurs de recherche pour Google.

Comment procédez-vous pour effectuer votre propre test? Si vous voulez savoir si je modifie le titre ou si cela importe si je supprime toutes les images, ajoute d’autres images ou fais toutes sortes de modifications mineures sur la page de votre site, comment testez-vous cela? Kyle va exécuter le test qu’il a fait et comment vous pouvez configurer votre propre test.

Une chose que j’ai trouvée vraiment intéressante est que Kyle indique clairement que Google est un robot. Il doit satisfaire certains algorithmes, certaines choses. Il ne lit pas réellement et ne comprend pas vraiment ce qui se trouve sur votre page, mais il recherche toujours des éléments tels que des mots clés, des images, d’autres balises META, des balises alt et d’autres choses qu’un robot peut comprendre en quoi consiste réellement votre page, où elle devrait classer cette page.

Nous passons par toutes sortes de choses sur l’optimisation sur la page et bien sûr, nous avons parlé de son outil, Page Optimizer Pro, que vous pouvez certainement consulter. Et juste beaucoup de très bonnes choses qui, espérons-le, peuvent être implémentées dans vos propres sites pour commencer à les voir se classer mieux et généralement obtenir une excellente motivation pour faire mieux dans votre entreprise. Alors, voici Kyle.

Spencer: Salut Kyle, bienvenue dans le podcast Niche Pursuits.

Kyle: Merci beaucoup de m’avoir invité. Je vous en suis reconnaissant. Heureux d’être ici.

Spencer: Certainement. C’est bon de vous avoir sur le podcast. Matt Diggity vous a en fait recommandé de venir. Je viens de l’interviewer il y a un petit moment. Je sais que vous vous connaissez depuis longtemps. Je pense que vous avez parlé lors de sa conférence à Chiang Mai, non?

Kyle: Ouais. Je suis ici pour dire que l’homme est une fraude totale et tout ce qu’il vous a dit est faux, y compris sa recommandation de moi.

Spencer: Vous voulez corriger le dossier là-dessus.

Kyle: C’est pourquoi je suis ici, vraiment.

Spencer: Exactement, à droite. Nous réparerons les dommages qu’il a causés lors de son entretien.

Kyle: C’est en fait toute ma mission dans la vie, c’est juste de corriger les erreurs de Matt.

Spencer: Nettoie simplement ses dégâts, ouais.

Kyle: J’ai parlé à Chiang Mai il y a quelques mois à peine. Ce fut une conférence fantastique. C’est difficile d’aller en Thaïlande juste en général, puis d’avoir une conférence, je pense qu’il y avait 800 personnes là-bas, c’était énorme. C’était vraiment sympa d’être avec des gens partageant les mêmes idées parce que vous n’avez pas à expliquer votre travail. Vous êtes dans le couloir et vous dites: “Que faites-vous?” “Je fais ça”, tout le monde se dit “Oh ouais. Bien sûr.” Au lieu de comme, “Qu’est-ce que c’est encore?”

Spencer: C’est un peu comme parler à des membres de la famille qui n’en ont aucune idée.

Kyle: J’explique à ma mère environ 37 fois ce que je fais. Je voulais juste dire que je lui dirai que ce sont des ordinateurs. Ce sont des ordinateurs, maman.

Spencer: Si vous avez un problème informatique, appelez-vous, non? C’est mon amour, oui. Je voudrais donner à nos auditeurs un peu de votre expérience. Pouvez-vous nous donner une partie de votre expérience de travail, de votre expérience en affaires avant de créer des entreprises en ligne? Comment as-tu mis les pieds?

Kyle: J’étais en fait avocat dans la vie précédente. J’étais procureur et je n’aimais vraiment pas ça. J’ai pris un an de congé et j’ai déménagé en Corée du Sud, ce qui est, je pense, un chemin normal pour la plupart des gens. Un an de congé s’est transformé en cinq ans en Corée du Sud.

Pendant que j’y étais, je me suis lancé dans la conception et le développement Web. Ensuite, cela est devenu un revenu récurrent grâce au marketing numérique et au référencement. Quelques rebondissements, puis j’ai atterri sur l’agence que j’ai cofondée avec Andrew Steven, mon partenaire commercial.

Ce processus, me purifiant d’être un avocat, puis quelque chose que j’aime vraiment faire dans le marketing numérique. À partir de là, c’est de là que vient Page Optimizer Pro, le travail que nous faisons, l’agence finance ces processus qui sont devenus l’outil.

Spencer: Je suis sûr qu’il y a une énorme histoire derrière le fait de devenir procureur et de décider de ne pas être procureur, et cetera, mais pourquoi avez-vous choisi d’aller en Corée du Sud? Quel était le tirage au sort?

Kyle: Ma femme est également avocate. Nous nous sommes rencontrés à l’école de droit. Elle a également été épuisée et elle a dit: «Ne serait-ce pas hilarant si nous déménagions en Europe et enseignions l’anglais pendant un an? Juste gentil comme un caprice. ” J’étais comme, “Ce serait hilarant.” Et puis je me suis dit: “Faisons-le.” C’était le plan d’action. Nous travaillons des semaines de 80 heures et nous sommes complètement épuisés. J’étais comme, “Ce serait vraiment hilarant de travailler un genre de travail 9-5 et d’enseigner l’anglais dans un endroit et un voyage aléatoires.” Le plus gros, c’était de voyager. Une fois que nous avons pu le faire, c’était génial. Vous ne pouvez pas faire ça en tant qu’avocat. Ou la plupart des emplois. Vous ne pouvez pas simplement reprendre et partir.

Spencer: Vous avez pris une pause pour devenir procureur pour savoir quelle était votre prochaine chose? C’était l’idée?

Kyle: C’est exactement ça.

Spencer: D’accord, voyageons, gagnons un peu d’argent pour vivre pendant un an ou deux et essayons de le découvrir plus tard.

Kyle: C’est exactement ça. En fait, je pensais que je retournerais toujours à la loi. C’est un bon plan de sauvegarde. Dans le pire des cas, je peux devenir avocat. C’est agréable d’avoir dans ma poche.

Spencer: Heureusement, vous n’avez pas encore dû le faire. Cela ressemble à la première entreprise en ligne que vous avez créée était la conception de sites Web, ce qui a conduit à faire plus de référencement et de travail client, bien sûr.

Kyle: Ouais. En fait, j’ai démarré une entreprise en Corée du Sud. Il fallait un joli site technique. Il a fallu beaucoup de temps pour trouver des développeurs capables de le faire. Une fois que j’ai réuni cette équipe, je me suis dit: «J’ai une équipe de développeurs assez géniale ici. Je parie que je pourrais sous-traiter le développement de sites Web. »

Spencer: Génial.

Kyle: J’ai commencé, puis j’ai commencé à faire ça, et ça s’est plutôt bien passé. J’ai amené mon frère dans l’entreprise, il s’occupe de la conception et du développement web. Nous avions ces entrepreneurs et ils étaient tous dans des endroits différents en Inde. J’ai dit à mon frère, je me disais: “Voici ce que nous devons faire. Nous devons aller en Inde, ouvrir une entreprise là-bas, nous pouvons faire venir des gens, ce sera plus rentable et nous pourrons obtenir plus de travail grâce à eux car ils ne sont pas indépendants. Ce sont nos employés. “

Spencer: D’accord.

Kyle: Nous faisons donc cela. Mon frère était en Inde, j’étais aux États-Unis et j’étais sur le point de m’envoler. On nous a dit que nous allions obtenir un shakedown de la police parce que c’est comme ça que ça se passe. Et nous l’avons fait. La police a frappé à la porte, mon frère était là, il a ouvert la porte et ils se disent: «Nous devons voir vos papiers. Vos papiers d’affaires. ” Il leur montre les papiers et ils disent: “Ce sont les mauvais papiers.” Il dit: “Je promets que ce sont les bons.” “Non, ils ne sont pas.” Nous avions de l’argent pour cela et au lieu de demander un pot-de-vin, il l’a mis aux menottes et l’a jeté en prison.

Spencer: Wow.

Kyle: Il se met devant le chef de la police et le chef de la police dit: “Eh bien, ça pourrait être les bons papiers, je ne sais pas.” C’est son choix, “Vous pouvez quitter la ville demain ou vous pouvez vous asseoir en prison et attendre que le magistrat vienne et le magistrat réglera les choses.” Mon frère a dit: “Quand le magistrat viendra-t-il?” et le chef de la police dit: “Je ne sais pas”. Mon frère dit: “Je pense que nous quitterons la ville demain.”

Spencer: Ouais, c’est fou.

Kyle: Bien sûr, nos employés ne veulent pas être impliqués. Ils se sont dispersés. Après le départ de mon frère, nous étions en fait amis avec le voisin d’à côté. Il a une entreprise au premier étage et il y a des appartements ou des chambres au même étage que nous avions dans le même immeuble.

Nous sommes devenus amis avec eux et ils ont dit que, fondamentalement, la police est entrée et a pris toutes nos affaires. Tous les ordinateurs, tous les meubles, juste tout, puis le propriétaire a eu un nouveau locataire sur trois jours plus tard. Donc, c’était très coordonné. De plus, vous devez verser un acompte de six mois sur votre loyer, nous n’avons donc pas récupéré notre acompte.

Spencer: Aïe.

Kyle: Ouais, ce n’était pas amusant. Donc, nous hémorragions des clients et mon frère qui s’occupe de la conception et du développement Web se disait: «Pourquoi a-t-il pris ces quatre? Je peux faire ces quatre projets », et nous venions juste de commencer à faire du SEO pour les revenus récurrents. Nous n’avions pas de gens SEO, mais nous avions des clients SEO, pour pouvoir payer mon loyer le mois suivant, j’ai dû apprendre le SEO ce jour-là, et c’est essentiellement ce que j’ai fait. Pour pouvoir avoir des clients et payer mon loyer. Je devais ensuite apprendre le métier que j’avais déjà chargé à d’autres personnes et de garder ces clients.

Spencer: Où allez-vous apprendre le référencement en une journée?

Kyle: C’est ça le truc. J’ai déjà raconté cette blague, mais vous effectuez une recherche en ligne “est-ce un facteur de classement?” et vous obtenez trois réponses qui disent oui, trois qui disent non et trois réponses très savantes qui disent peut-être. Vous vous rendez compte que ce n’est pas la façon d’apprendre le référencement. C’est un moyen impossible d’apprendre le référencement. Ce qui m’est venu à l’esprit, c’est que les gens effectuent leur propre test, ce doit donc être ce qu’ils font. J’ai commencé à installer des sites de test pour qu’ils s’exécutent très rapidement, car nous ne pouvons pas tester un site client. C’est ce que j’ai commencé à faire, c’est de lancer mon propre test.

C’était en 2015, je pense, quand j’ai eu ma première occasion de parler en public. J’ai parlé de la mise en place d’un test SEO et c’était une salle de SEO de très haut niveau. J’ai supposé que c’était ce qu’ils faisaient. J’allais peut-être donner quelques idées ou peut-être quelques nouveaux rebondissements. J’ai réalisé que personne ne faisait ça. Personne ne fait de tests SEO. Une grande partie de cette expérience est juste plus que tout. Ils ne sortent pas et ne découvrent pas ce qui est.

C’est là que j’ai réalisé: “Oh, j’ai quelque chose ici. Les gens ne font pas ce genre de choses “, car la mise en place d’un test SEO n’est pas facile. Ce n’est pas amusant, vous faites des tonnes d’erreurs et la plupart des tests ne fonctionnent pas. Ensuite, j’ai réalisé, l’éducation que j’ai acquise en faisant ces tests, je suis en fait sur peut-être une meilleure façon de faire du référencement. Tous les tests et tout ce qui entre dans mon agence, mais c’est aussi la genèse du POP. Il est basé sur ces tests sur la page comme ce qui est un facteur de classement, ce qui ne l’est pas et comment pouvons-nous évaluer cela.

Spencer: C’est une histoire super intéressante de votre évolution. Ne pas même être impliqué dans le référencement du tout pour devenir un testeur de référencement avancé, sortir avec des outils qui aident et avoir une agence. Je veux parler de certains des tests ici dans un petit peu que vous avez exécuté et comment exécuter des tests, et cetera, mais d’abord pouvez-vous simplement rattraper les gens à ce que vous faites maintenant en termes de ce qui est votre entreprise ? Exécutez-vous certains de vos propres sites? Ou vous travaillez uniquement avec des clients? Vous avez mentionné Page Optimizer Pro. Donnez-nous une idée de votre activité globale et de ce qui y est impliqué.

Kyle: La principale source de mon revenu est toujours mon agence. Je suis à Phoenix, nous avons un bureau à Phoenix, nous avons un bureau à Berlin (qui est notre bureau principal) et nous avons un bureau à Melbourne. Nous sommes en fait une entreprise australienne, mais le bureau de Melbourne est en fait le moins doté de tous les endroits. Berlin est notre site principal. Nous avons 80 clients qui font du référencement local à national et international. Entre les deux, nous avons environ 16 employés.

Il m’a fallu un certain temps pour réaliser ce qu’était une vraie entreprise. Il y a des étapes d’une vraie entreprise. Lorsque vous commencez et que vous avez deux clients, je pense que c’est un passe-temps bien rémunéré, mais lorsque vous arrivez au point de prendre un salaire. Les fluctuations commerciales se produisent toujours, où vous avez plus de clients, vous avez moins de clients, mais quand vous êtes à un moment où vous pouvez prendre un salaire et peu importe si vous avez gagné ou perdu un client ce mois-là, c’est là que je commence de réaliser que je pense que nous avons une entreprise ici. Quand les gens travaillent pour vous exclusivement et pas seulement de type VA, mais quelqu’un qu’ils considèrent maintenant comme leur travail et leur vocation.

La prochaine vraie étape était maintenant que nous ayons une assurance que si je décédais, la société recevrait de l’argent pour me remplacer. Vous passez par des étapes de ce qui pourrait être une vraie entreprise. Je pense que nous en sommes à un point où nous avons réellement une vraie entreprise. C’est libérateur parce qu’alors ça me permet de poursuivre d’autres choses que je voulais poursuivre. La plupart du temps, je me concentre sur POP (Page Optimizer Pro), mais nous avons en fait commencé à acquérir des propriétés numériques.

Il y a quelque chose que j’ai toujours pensé à tout faire pour devenir affilié, mais j’avais l’agence et c’était tellement de mon temps, je ne pouvais pas imaginer gérer un autre site Web. Mais maintenant que j’ai fait l’agence à un point que je peux vraiment prendre un peu de recul, je ne fais pas la gestion quotidienne de l’entreprise. Je participe à des réunions de stratégie, ce qui est formidable. C’est tout cela, mais quelqu’un d’autre est en train de faire cette implémentation, cela m’a en fait permis d’entrer, parce que j’ai toujours l’impression: “Pourquoi ne faites-vous pas vos propres sites?” Je me disais: “Je ne sais pas. Je n’ai pas le temps. “

Je crée une agence, et maintenant, j’ai le temps. Mais j’ai pensé à l’affilié en ce sens que je ne veux pas jouer au jeu de quelqu’un d’autre, où je fais une sorte d’affilié où je me bats contre d’autres affiliés, je me bats contre Amazon, contre d’autres choses. Je suis assez bon pour créer des logiciels et je me rends compte que je peux créer de petits sites SaaS.

C’est en fait ce que je fais depuis six mois: j’ai construit deux sites SaaS plus petits et ils vont être lancés dans quelques semaines. Mais en prenant l’idée d’affiliation où vous pouvez avoir des propriétés que vous possédez qui sont des propriétés à revenu, mais en faisant quelque chose de légèrement différent. Je pense que ce pourrait être la prochaine ère d’affiliation, c’est dans le SaaS à petite échelle.

Le concept est de résoudre un problème. Résolvez un problème: quelqu’un paierait 20 $ par mois pour que ce problème disparaisse. Vous ne construisez pas POP, vous ne construisez pas un outil massif. Il n’est pas nécessaire que ce soit dans le marketing numérique. Cela peut être n’importe quoi combinant deux outils ensemble, faisant essentiellement un ZAP glorifié. Quelque chose où quelqu’un a une feuille de calcul avec laquelle il a affaire et ensuite vous pouvez juste faire une chose qui améliorera sa vie. Cela pourrait être spécifique à l’industrie. En droit, en éducation, en ingénierie ou autre.

Ensuite, vous résolvez un problème, puis quelqu’un comme, «Yup. Voici 20 $. Je ne veux plus faire ça. ” Si vous pouvez faire en sorte que 100 personnes vous paient 20 $ par mois, cela représente 2 000 $. Cela vous coûtera probablement entre 300 $ et 400 $ pour faire fonctionner le site et une promesse de 20 $ probablement entre 5 000 et 10 000 $ à construire. Au bas de l’échelle, votre ROI est positif en quatre mois. Ensuite, vous avez un immeuble à revenus à partir de là. Si ça décolle, c’est super, sinon, si ça reste à 100, ça va. Vous dégagez 1 500 $ par mois.

C’est sur cela que je me concentre, c’est de trouver ces opportunités. J’en ai deux que j’aime beaucoup. C’est ce que je me vois faire en termes de petites propriétés que je possède, c’est d’obtenir ces choses. […] est une grande chose. Vous ne faites pas de publicité pour ces 100 personnes. Vous devez pouvoir puiser dans le bouche-à-oreille de 100 personnes. Fondamentalement, vous dites à quelqu’un, puis ils disent à quelqu’un, et les gens se disent: «Oui, c’est exactement ce dont j’ai besoin», sans avoir à faire une campagne de marketing massive pour éduquer le marché. Vous avez besoin d’un moyen d’exploiter ce marché, grâce au bouche à oreille.

Si vous pouvez faire ce genre de stratégie, vous pouvez commencer à construire plusieurs types de ces propriétés, puis sortir du jeu d’affiliation traditionnel. Maintenant, vous jouez à un jeu selon vos propres règles parce que c’est un marché où vous êtes. Vous contrôlez l’ensemble du marché, vous résolvez ce seul problème que les autres ne sont pas.

Spencer: J’adore ça. Cela soulève beaucoup de réflexions et de questions pour moi. Êtes-vous prêt à partager vos petites idées SaaS selon lesquelles vous dites que vous en avez un couple ou allez-vous les enregistrer jusqu’à ce que vous les lanciez?

Kyle: Je peux vous le dire. L’une vient en fait de mes jours de droit. En fait, je parlais à un avocat que je connais. Il parlait d’une toute nouvelle forme qui est vraiment pénible à remplir. Ça craint. Il a dit: «Ne serait-il pas formidable de pouvoir saisir ces informations à un seul endroit, puis de cliquer et d’imprimer le formulaire?» et je me disais: “Eh bien, je peux le faire.” C’est un remplissage de formulaire glorifié.

Nous allons le lancer et parce que c’est la loi et les avocats vont payer un peu plus, je pense que nous pouvons faire 50 $ par mois pour ça. Si 20 avocats (et ce n’est qu’une seule juridiction) le font, c’est 1 000 $ par mois. Nous avons construit tout cela pour environ 4000 $, pour qu’il soit joli. Ce n’est rien si ça décolle et 100 avocats le font, ce n’est pas du tout un immeuble à mauvais revenus. C’est une seule juridiction.

L’idée est que si elle décolle, alors nous pouvons faire différents domaines et continuer à croître. En droit, cela va état par état. Vous devez passer l’examen du barreau et il va état par état. Chaque État a probablement une version similaire de ce type de formulaire et nous pourrions simplement l’étendre aux États qui l’ont.

Spencer: Pour commercialiser le produit, vous avez parlé du bouche à oreille, mais adopteriez-vous une approche SEO? Construisez simplement un site et essayez de classer les mots clés liés à n’importe quel mot clé que quelqu’un pourrait taper?

Kyle: Bien sûr, mais encore une fois, vous devez vous mettre au bouche à oreille MVP. Je connais des avocats. Et puis aussi, l’avocat qui était comme, “Hé, cette idée, nous sommes JVing », mais il connaît au moins 100 avocats. Le concept d’atteindre ce seuil minimum. C’est ce que nous allons faire. Il a organisé quelques petites réunions d’avocats. Il va en exécuter quelques-uns pour arriver à ce point minimum.

À ce stade, je ne veux plus dépenser d’argent. L’outil doit se maintenir. Une fois que nous avons obtenu ce nombre minimum de personnes et que c’est une chose viable, c’est à ce moment-là que je commencerais à investir dans le référencement, le PPC ou ces autres canaux du marché. Mais l’outil doit être autosuffisant. Je ne vais pas continuer à y jeter de l’argent à moins qu’il ne puisse décoller de lui-même. S’il décolle de lui-même, c’est là que l’investissement intervient.

Spencer: J’adore ça. C’est juste un autre exemple de la façon dont vous aimez penser différemment. Vous regardez comment je peux créer un petit site Web pour gagner de l’argent. Beaucoup de gens construisent des sites Web affiliés. Tout le monde fait cela, tout le monde écrit des articles sur les meilleurs produits vendus par Amazon. Vous pensez: “Comment puis-je procéder différemment pour créer une petite entreprise?”

Cela revient à votre façon de faire du référencement et à votre approche du référencement. Vous essayez de prendre du recul, de plonger, de faire des tests et de voir ce qui fonctionne réellement, au lieu de “Voici ce que tout le monde dit”. Comment procédez-vous pour exécuter un test SEO? Et peut-être comment quelqu’un qui écoute peut-il exécuter son propre test SEO?

Kyle: Il est diaboliquement simple d’exécuter un test de référencement, mais vous rencontrez de nombreux problèmes. La façon la plus simple de le faire est de créer cinq pages identiques. Ils sont dans le même domaine. Vous les faites indexer et vous les optimisez pour un faux mot-clé. Mot clé qui n’existe pas dans l’index de Google.

Je ne sais pas si vous avez déjà tapé quelque chose dans Google et il est dit: “Nous n’avons trouvé aucun enregistrement correspondant à cela.” C’est là que le trottoir se termine. Google n’a pas ce terme. Si vous optimisez les pages avec ce terme, vous contrôlez l’environnement entier. C’est l’idée.

Indexez cinq pages, elles figurent toutes dans l’index de Google, puis changez une chose sur une page. En règle générale, je choisis celui qui est indexé dans la troisième place. Changez une chose sur cette page et puis si la page monte, vous avez trouvé un facteur positif, si elle descend, vous avez trouvé un facteur négatif, et si elle ne bouge pas, alors c’est un non-facteur. C’est la façon la plus simple de procéder là où les choses sont prometteuses: vous devez que le test soit reproductible.

Vous devez exécuter ce test 3 à 5 fois. Vous devez obtenir les mêmes résultats. Lorsque vous vous sentez bien à ce sujet, là où cela devient un peu plus complexe, vous devez exécuter le test à l’inverse. Vous devriez obtenir le résultat opposé si vous ajustez un, deux, quatre et cinq, et laissez les trois identiques, si vous obtenez le résultat opposé de ce que vous avez obtenu.

Une fois que vous avez fait cela et que vous vous sentez vraiment bien d’avoir trouvé un facteur de classement, c’est un moment de votre vie où vous vous sentez comme si vous veniez de créer le feu, vous venez de l’inventer et vous savez maintenant quelque chose sur Google qui personne d’autre ne le sait. C’est un sentiment d’autonomisation et vous pouvez alors voir d’une position d’autorité parce que vous n’avez pas lu un blog dans Moz, vous en avez été témoin, vous l’avez créé, et maintenant vous savez que c’est maintenant un facteur de classement.

Spencer: Au fil des ans, vous avez effectué un certain nombre de tests SEO. Quels sont les mythes du SEO ou quelles ont été les grandes choses pour vous sur certains des tests que vous avez effectués, peut-être des mythes qui se sont révélés erronés?

Kyle: La chose dont je tire le plus de foin en permanence est que Google ne peut pas lire. Google n’est pas un être humain. C’est tellement puissant et c’est tellement incroyable. C’est peut-être la chose la plus puissante jamais inventée, mais ce n’est pas un être humain. C’est un algorithme. Parce qu’il est si puissant, nous voulons lui donner des qualités humaines. Nous voulons dire que parce que c’est peut-être plus intelligent que nos connaissances combinées, nous voulons ensuite penser que c’est aussi un être humain, puis il lirait et comprendrait les choses de la même manière que nous le ferions, et ce n’est tout simplement pas le cas.

L’une des choses intéressantes est que la grammaire n’est pas un facteur de classement, l’orthographe n’est pas un facteur de classement, le niveau de lecture, l’échelle de Flesch-Kincaid ou l’échelle que vous aimez, ce ne sont pas des facteurs de classement. Cela semble contre-intuitif pour beaucoup de gens quand ils pensent: «Eh bien, c’est la chose la plus intelligente qui ait jamais été. Comment ne peut-il pas voir que ce contenu est un bon contenu? »

C’est clairement un meilleur contenu que ce qu’il contient et c’est parce que Google ne le lit pas. Il le lit comme un algorithme le lirait et il recherche des mathématiques, il cherche des choses qu’il peut identifier, des objets qu’il connaît, il les met dans de petits seaux, puis il marque les choses de cette façon. Ce n’est pas vraiment s’asseoir comme, “C’est un contenu bien meilleur que ce contenu, je devrais classer celui-ci.” Il ne peut pas évaluer le contenu, il ne peut le noter qu’en fonction de la manière dont un algorithme peut le noter.

Cela en a été un et continue d’être l’une des choses révolutionnaires. Je dois constamment réintroduire ce concept aux gens, que Google ne peut pas lire. Lorsque vous souhaitez écrire votre contenu, peu importe si vous venez d’écrire Chaucer par rapport à quelqu’un de Calvin et Hobbes. Google s’en fiche. Peu importe que votre contenu soit largement supérieur, car il ne peut regarder que la façon dont un algorithme peut le regarder.

Si le contenu de quelqu’un d’autre satisfait mieux l’algorithme, il gagnera. Peu importe à quoi ressemble leur site, peu importe le nombre d’erreurs de grammaire qu’ils ont ou la façon dont leur orthographe est atroce. Ils le battront car ils ont satisfait l’algorithme. Exactement. C’est ce à quoi il se résume vraiment. Un bon contenu est un contenu que vous devez évidemment convertir et amener les utilisateurs à en profiter, mais en réalité, il s’agit d’un bon contenu qui satisfait l’algorithme.

Spencer: Question de suivi. Comment déterminer comment le contenu ou quelle partie du contenu remplit l’algorithme? Parlons-nous du nombre de mots-clés utilisés, de mots-clés associés, et cetera? Qu’est-ce qui est important si une bonne grammaire et toutes ces autres choses qui sont mentionnées ne sont pas importantes?

Kyle: Google examine des zones de signaux très spécifiques. Le méta-titre, votre H1, ce sont les deux plus gros. Et puis le contenu du paragraphe. Mais même jusqu’à […] en gras et en italique. Ces choses sont comptées. Vraiment, ce à quoi cela revient, c’est que le secret se cache à la vue. Google montre les sites qu’il aime. N’oubliez pas qu’il ne les aimait pas, car il s’agit d’un concours de popularité ou d’un concours de beauté. Il les aime parce que c’est ce que veut son algorithme.

Vous pouvez aller dans chacune de ces zones de signal spécifiques et compter le nombre de fois où ils ont utilisé le mot-clé cible. Vous pouvez compter le nombre de fois où ils ont utilisé des variantes de ce mot clé. Vous pouvez compter le nombre de fois où ils ont utilisé des termes contextuels, LSI, si vous aimez ce terme. Vous pouvez compter cela. Et puis vous pouvez le mettre et donner à Google le site qu’il veut. Vous pouvez trouver la plage que Google récompense pour chacune de ces zones de signal, donner cela à l’algorithme, puis vous vous classerez très bien.

Spencer: Est-ce essentiellement ce que vous avez découvert et pourquoi vous avez créé Page Optimizer Pro?

Kyle: C’est ce que nous faisions en interne lorsque je faisais ces tests. J’ai réalisé: “Oh, nous pouvons simplement compter ces zones.” Nous avions en fait des feuilles de calcul pendant quelques années où nous nous étions littéralement assis et comptions. Nous regardons les 10 premiers résultats et nous comptons simplement. Nous nous disons: “C’est affreux.” Nous savions qu’il devait y avoir une meilleure façon.

Nous sommes entrés dans Python, nous avons écrit un script pour cela, nous le faisons en interne, puis je l’ai jeté avec désinvolture à quelques SEO qui étaient des gens d’agence. Je me disais: “Trouvez-vous cela viable?” Je me disais: “Nous sommes en train d’écraser avec ça, mais je ne sais pas. D’autres personnes pourront-elles l’utiliser? » et puis je me suis dit: “S’il vous plaît, donnez-moi ça.” C’est là que POP est sorti.

Nous avons exécuté POP pendant environ huit mois gratuitement. C’était à l’arrière de notre site d’agence où vous pouvez simplement entrer des informations et nous vous enverrions un rapport par e-mail. Ensuite, nous avons commencé à prendre un dollar par rapport lorsque nous l’avons lancé en tant que site autonome, et nous sommes maintenant dans un modèle d’abonnement à partir de là.

Vous n’avez pas besoin de POP. Vous n’en avez pas besoin outil. Vous pouvez réellement compter ces choses, mais ce que fait POP, c’est qu’il fait le comptage pour vous et fait ensuite des suggestions sur: «D’accord, voici à quoi ressemblent les chiffres d’après ce que Google aime. Voici ce qu’est votre site, vous pouvez ajouter ou soustraire d’ici. “

Spencer: Pouvez-vous expliquer autre chose que fait Page Optimizer Pro? Je suppose que vous saisissez un mot clé pour lequel vous essayez de vous classer, et il extrait les 10 premiers résultats et recule les mots clés là-bas ou combien de fois ils mentionnent ce mot clé spécifique, les variantes de mots clés, les termes LSI, etc. . Que vous dit-il d’autre?

Kyle: Ce sont les grandes choses. Nous exploitons maintenant l’API NLP de Google. C’est la seule API que nous avons. Tout dans POP est interne, mais nous l’intégrons pour que vous puissiez réellement voir les entités, le contenu et les classifications. Vous pouvez choisir vos concurrents si vous le souhaitez. Je recommanderai le top 10, mais vous pouvez mettre n’importe quel concurrent. Vous pourriez en fait faire un à un. «Ce concurrent me donne des coups de pied. Que font-ils?” En fait, vous les mettez simplement et obtenez toutes leurs données.

Nous tirons sur les entités. Comment Google classe le contenu et ce que sont les entités, les entités sont des choses, pour un lieu, un objet et, dans le cas de Google, des événements que Google peut identifier. Nous tirons également dans la structure de la page. Si vous démarrez une page à partir de zéro, c’est en fait ainsi que je fais mon référencement. Je regarde quel type de page Google veut. Vous pouvez voir cela sur les pages que c’est gratifiant. Regardez des choses comme: “De combien d’images avons-nous besoin ici?” “Nous avons besoin de cinq-ish.” Alors, je vais commencer à en placer cinq sur une page. “Combien […] nous avons besoin?” “Ils sont en moyenne de 5-7. D’accord, j’ai besoin d’environ 5-7 sections sur cette page. “

Je commence à décrire une page en fonction de la structure, puis vous vous retrouvez avec une page que Google aime. Mais ensuite, vous vous retrouvez également avec une page que les humains aiment, car ce n’est généralement pas la première fois que quelqu’un effectue cette recherche. Ils recherchent un type de page particulier. Vous ne voulez pas essayer d’enseigner à Google ou aux humains quelle est la meilleure page. Vous voulez leur donner ce à quoi ils s’attendent, afin que vous puissiez décrire une page autour d’éléments, autour de choses qui créeraient alors une bonne structure.

Nous venons également de lancer une évaluation médicale ou EAT. Nous avons environ 70 points de données sur ce qui pourrait rendre un site fiable, des choses qu’un algorithme peut identifier. C’est mon point le plus amusant. Encore une fois, Google ne peut pas lire. Google ne peut pas regarder le Dr Axe qui a été giflé. C’est un très bel homme, c’est une superbe photo en stock. Je ne sais pas si c’est une vraie personne, comment un algorithme peut-il savoir si c’est un vrai gars? Vous pouvez lire le site et dire “Oh, c’est assez légitime”, mais c’est parce que vous lisez comme un humain. Les algorithmes ne peuvent pas faire ça. Il voit une image, il voit du texte, il a besoin de savoir à qui appartient le site.

Allez voir le Dr Axe et dites-moi à qui appartient le site? Tu ne sais pas. Je vous le promets parce que je suis allé voir, mais s’il vous plaît, allez jeter un œil. À qui appartient-il? Si vous avez un problème avec les conseils que vous avez suivis, où allez-vous? Qui pouvez-vous contacter? Ils ont un formulaire, comme un formulaire de contact et une adresse e-mail. Il n’y a aucune différence entre ce site et un site affilié horriblement mis en place. Il existe des points de données sur les sites qu’un algorithme peut rechercher, pour trouver, s’agit-il d’un site réel? Est-ce une entreprise digne de confiance? Mettez Dr. Axe dans Factual, qui est un agrégateur de données et il ne fournit aucune donnée. C’est un mauvais site.

Dans POP, nous identifions ces points de données des choses qu’un algorithme peut trouver, qui rendraient le site digne de confiance, puis vous pouvez réellement regarder et voir comment vous vous comparez à vos concurrents.

Je pense que cela est important pour l’affilié parce que vraiment, vous voulez vous assurer que Google pense que vous êtes un site réel, que vous êtes une entreprise réelle, que si quelqu’un a un problème, qu’il peut réellement vous contacter si quelque chose ne va pas, comment peuvent-ils obtenir un remboursement ou le mauvais produit a été expédié. Ce genre de choses qui reviennent toujours, ils veulent s’assurer que les sites qu’ils mettent dans les résultats de recherche peuvent résoudre ces problèmes.

Vous êtes en mesure de le faire. Ce n’est pas une entreprise qui vole la nuit. Ils ne le feront pas. Bien qu’il y ait des choses que vous pouvez parcourir pour voir: «Suis-je un vrai site? Eh bien, Google pense que je suis un vrai site. ” We put that into POP as a test that you can do or a check that you can do to make sure that within your niche that you’re hitting the same trustworthy points than your competitors are, the ones that are ranking.

Spencer: When you work with most client sites, do most of them have a bigger on-page problem or an off-page problem? Link building-related problems when you look at those.

Kyle: That’s a great question. Honestly, everyone’s on-page is terrible. It is awful because they wrote it like this is the best content. I’m sure that it is. I’m surprised that Pulitzer hasn’t contacted you at this point. But Google won’t care. Unless you’re hitting the points that Google wants to see, it does not matter how great that content is.

There’s also a supreme lack of proper internal linking on most sites. What most people do is they write one page of what they consider great content, they send it off into the universe, and then they ponder for a minute why it’s not ranking. Then I think their next thought is, “Let’s write a blog post.” They write a blog post, and it’ll be an amazing post. But who cares? It’s not even linking back to the target page. Like, what are you doing? You’re hoping and praying that Google likes this target page for some reason and gives you bonus points for a blog post that you wrote. How could Google possibly make the connection? We had the rules on the same domain, but what’s the connection between these two? For some reason, a lot of them don’t even think to link between them.

On-page and internal linking is always a problem. You always hear the, “I’ve done everything. I’ve done everything and it’s not working.” I’m sure you as an expert look at it and you’re like, “You’ve done nothing. You haven’t scratched the surface of the foundation yet.”

This is what my talk is going to be about in 2020, is the I’ve Done Everything. But they haven’t and then I’m wondering is it because they don’t want to or is it because they don’t know what to look for? I think it might be the bigger issue. It comes with experience, it comes with study, it comes with testing. You have to know what to look for foundationally in order to be able to see a problem and if you don’t have that knowledge or you don’t know what to look for, you’re never going to see it. That’s what I’m playing […] as a talk concept.

Spencer: I think it’s a little bit of both in terms of I’ve done everything that some people maybe don’t know, but I think a lot of people know that still don’t do it simply because they feel like they’ve got the big stuff done. They did the keyword research, they wrote the article, they got the images, they got it up with their affiliate links. It’s a ton of work to get a great-looking article up. Then they go, “Phew, I’m done. Let’s move on to the next one.” Specifically with internal linking, they just either forget about it, I think they probably know, but it’s not the big stuff. It’s a little thing that they’ll get to at some point. That’s maybe the sense that I get.

Kyle: It’s the grind that you have to do and the grind isn’t sexy.

Spencer: Yup.

Kyle: Getting their article up is sexy. I can see that.

Spencer: Internal linking is a big part of what I’m doing right now. I actually don’t know if you know, but I just launched an internal linking WordPress plugin called Link Whisper a few months ago. You can check it out later. It helps speed up the process of doing internal linking.

I’m always curious to hear about thoughts on internal linking and the importance of it. Do you have a specific approach? Do you try to keep a silo structure? These articles in one specific category only link within that category. Or you more of the opinion that if it’s relevant across the site, just internally link to it, it’s important?

Kyle: These soft balls. I love this interview.

Spencer: That’s what I do best.

Kyle: For those listening, we did not coordinate any of these. If you’ve been to those interviews where it’s just tedious to get answers and questions out, whether on either side of it, is just the worst. Just the worst. This is great.

This is actually something that I teach. It’s a virtual silo structure. The concept is you can have a lot of pages on your site. They can link here and there, and that’s fine. But when you have a target page—by target page, I mean something that you want to show up in Google—you want this page to rank for this keyword and its friends. You need to have pages that you have consciously chosen to support that target page. It has to be an intention. It’s not wishful thinking, it’s not random internal linking. These 3-5 or whatever the number might be are there to support this target page. That forms the basis of your silo.

The idea is that those pages that you have constantly said, “These are my silo pages. They will only link to each other.” I don’t disenchant them, but I link them like an ABCD sort of thing where they link back and forth to each other, almost like a next and previous, but done intentionally in the body content. Then they all link to the target page. They don’t link to any other target page because I’m building them with the idea that they support that one page.

What’s nice about doing a virtual silo is that it doesn’t matter where they live on the site. They can be in any blog category, they can be pages, they can be posts, it does not matter. Unlinking them within the body content and specifically targeting one target page. These silo posts support that page.

From my human perspective, these are just regular pages on the site. It does not matter. But from Google’s perspective, I now have these targeted pages that are now internally mise en relation to by these silo pages linking to my target page. What I like to do is those silo pages are often things based up that I know that I can get links to. Things that are shareable, things that people might actually want to link, because if your target page is something, a page where you’re selling a product or a service, nobody will link to that. Pourquoi le feraient-ils? They’ll tell you […].

But if you wrote good content (for lack of a better phrase) about it, like how to’s, things to avoid, tips on this, cool infographic, or a video series, whatever is easy for you, people will link to that. They will actually share that. It links but it’s also they got to think that you could use this as part of an outreach. Remember that that piece is only supporting one target page, the links that you get in and the internal link that you specifically done, will then pass the juice up to where you need it to go.

That’s how I handle my internal linking, is through very intentional, very conscious, very specific pages that I’m going to use to link to each other, then to my target page only, and then I like to do it where it’s not just willy-nilly, it’s a page that could actually get links to it because it’s something that people want to link to, it answers a good question.

The people also ask their niche forms and just answer that question. It also ranks on its own (usually); you could do that. Just some long-tail question where you only need to put in the meta title and the H1, it will rank and just answer it. Also, you’re getting traffic into your silo because people search, they look for that question, they click on your thing and then all of a sudden, now you are getting traffic. If you properly link, now, they’re going up to your target page because you, “Hey, check this out, this is the thing that solves that problem.”

So don’t fake it, but be intentional is how I handle it. If you’d actually do real content to support that target page, all the better. You actually end up with an effective SEO strategy, an effective marketing strategy.

Spencer: The one question you brought up that I think you answered, but maybe you can clarify is that the reason that you don’t link out from those silo pages to any other pages, specifically you’re only linking to your main target page, target keyword there is really just so that all of the link juice flows to that page. You could internally link to some other page outside of that silo, it just would dilute the SEO juice a little bit, right?

Kyle: That’s exactly right. It’s not your entire site. It’s not your entire blog catalogue. I do them in sets of three because that’s manageable when you’re putting […], but pick three pages. If you don’t have them yet, then those are the three that you’re writing, that’s your task for this month is to write your pages, but it’s possible they already exist on your site.

More often than not, they do throw them into something like Ahrefs and find your blog post that have accidentally gotten likes. That’s a power page for you and you can instantly pass the juice to a target page. It doesn’t have to move. A concept that a lot of people miss is that by placing that link in the body, you have created a virtual silo. So it can still live where it lives. But you’ve moved it virtually into a silo by reworking how the internal links structure works within the body.

Spencer: Right. That makes perfect sense. Are there any SEO tests that you’re doing right now? Do you have any live test that you’re trying to learn and determine what works?

Kyle: I recently started a series on images. James Dulley, I don’t know if you know him.

Spencer: A little bit familiar, yeah.

Kyle: Nobody’s doing any work on images. I was like, “Who cares?” But he was […] that there’s a lot to it, there’s a lot of industries where images get a lot of searches and a lot of clicks. And he was like, “How can we show up better in image search?” I was like, “Oh, that’s a great question. I have not thought of that.” So, I started doing some image search type things. I have two that I’m about to publish and honestly, my mind went blank on what I’m about to publish. That’s not good.

Spencer: That’s not right.

Kyle: As soon as I get some new traffic, so maybe they were working the other way.

Spencer: Maybe so. It sounds like you’re constantly testing and learning. Is that part of your agency? Are you guys always just thinking about what are some additional things that we could be testing out and helping clients with?

Kyle: You know what, that’s actually a great point. A lot of tests that we get to actually come from a client question. There’s no point in having an opinion about something. Really, anything is testable if you think about it the right way. One of the reasons that people don’t like tests is because they can’t imagine how to test it. That’s just a lack of imagination, that something is not testable.

Depth into your site, how many folders deep should you go, and does that matter? Actually I put this up and you can see it for free in Internet Marketing Gold, which is a group that Ted Kubaitis and I, and also my business partner, Andy, started. The idea is if I have .com/category/page that I want to rank, will that do better than .com/category/subcategory/page. It is how deep can you go and does Google care?

A lot of fun is launching two identical pages and then watching it where the one that was closer to the .com indexed immediately, the one that was one folder deep took almost 48 hours more to index. And then the one that is close to .com always beats the deeper one. Always.

Again, we’re talking about running a test multiple times. This is a little bit of a trickier test because you’re launching two things, but you have other variables that come into play. You have to run it multiple times and you scatter plot it is how you want to do it, scatter plot the results. The one that’s closer to .com will always win. It’s very interesting. You can launch the deeper one first, you wait a day, you launch the second one, or launch the one closer to .com, it’ll index before and will win.

Google doesn’t want to crawl deep into sites. This test concept came from we’re doing the site redesign. Our web design guy wants to do this and we saw these URLs were massive. I was like, “No, that’s an awful idea. You don’t want to go that deep. You don’t want to take the page that’s ranking and put it that deep.” And he said, “It doesn’t matter because of internal linking.” I was like, “No, I don’t think that’s how that works.” You can run those tests.

People get in flame wars on Facebook which is cancer, by the way. They want to argue about things in SEO. I’m always like, “Why argue about it? Why not put your heads together and run a test on it and see? Let’s take a look.” It might take a little time. Tests take time and we’re talking weeks or months, but you can sit down, be like, “Let’s sort this one out,” rather than argue about something that doesn’t need to be opinion-based. It can be fact-based. And the worst case, you can do a case study. There’s a lot that you can poke holes in a case study about, but still, at the end of the day, you’ve got something to look at. That’s where a lot of tests come from, where actual practical things. Should we do this or that? Let’s run a test and figure it out.

Spencer: That’s what I love is that you’re willing to dive in and when a client has a problem or you have a question, yeah, you just are running a test to figure out what the right answer is and actually base decisions on data rather than speculation. I think that’s super important, especially for people building out their own sites. They can certainly learn from you and from others that have done tests, but if they have a question on their own, you’ve explained pretty well how people can set up their own test and run an experiment on their own.

Kyle: One thing I would notice, don’t […] on a site that you love, by the way.

Spencer: Yeah. That’s probably a good point, definitely. Oui.

Kyle: Things go horribly, horribly wrong. Burn down something else. Some people are doing affiliate sites. I would always think that wouldn’t it be a good idea to run two affiliate sites? One that’s like your tester and the other that’s your baby and that’s what you love. So that you can run the tester and when people say, “Oh, this is a new technique,” or a new thing, do it on the tester. If it burns it down, well then it burns it down. They didn’t harm the thing that you love the most. It feels like a lot of people run one site without that backup way to figure out and then they are just running tests on that site. When they see a new technique or they see something […] one site, why not have two?

Spencer: Yes, I think that’s a great idea.

Kyle: Run a small one on the side so that you can do these techniques. Some things sound like great techniques and it’ll be worth doing, or split testing A or B, or running different offers, or testing out an email campaign, or testing out split testing PPC or Facebook Ads […] do it on the tester. See what works cheaply before bringing a two to one that’s actually giving you revenue.

Spencer: Right. Have your own sandbox so you can test it out and see what works and see what doesn’t. Absolument.

Kyle, I want to thank you for coming on the podcast. You’ve shared a lot of information. I think there are a lot of tips that people can take and apply to their own sites as well. If people want to follow along with what you’re doing, where would you like to send them?

Kyle: Come over to internetmarketing.gold. That’s a site that we’ve launched and it’s really just a place for answers. You can come in, post questions, and get things answered. It really is what comes down to. It’s based around the test that I do and the test that Ted Kubaitis does. There is a premium section if you want to look at the test, but if not, there is so much in the free area. We just relaunched this week, too. It’s a brand new thing, you can join in, and honestly, I think you’ll just learn about SEO, you’ll learn about digital marketing.

Spencer: Excellent. People can go to internetmarket.gold if they want to follow along with Kyle. Once again, thanks again for coming on the podcast, Kyle.

Kyle: Thanks for having me. I appreciate it.

Spencer: Thank you once again for listening to the Niche Pursuits Podcast. As a reminder, this episode has been sponsored by Ezoic. Ezoic is a Google award-winning technology that everyone from niche website owners to major brands use to grow and monetize their websites. Ezoic is a Google-certified publishing partner. It’s a platform that leverages artificial intelligence to help you optimize revenue and monetization on a per visitor basis and so much more. If you want to check out Ezoic, go to nichepursuits.com/ezoic. Thanks a lot.

Posted on 6 mars 2020 in Marketing d'affiliation

Share the Story

Back to Top