Podcast 171: Comment Richard Patey retourne les sites Web, utilise les domaines âgés et analyse les offres


Je suis ravi d’accueillir Richard Patey sur le podcast Niche Pursuits!

Richard est bien connu dans le domaine de l’achat et de la vente de sites Web et a beaucoup d’expérience. Vous pouvez voir ce qu’il a fait récemment sur RichardPatey.com.

Au cours de l’épisode d’aujourd’hui, nous parlons des antécédents de Richard et de la façon dont il s’est impliqué dans la création, l’achat et la vente de sites Web.

Nous nous penchons également sur certains sujets «charnus» comme les meilleurs endroits pour acheter des entreprises en ligne, quels sont les signaux d’alarme lors de la diligence raisonnable sur les transactions, la durée pendant laquelle vous devez détenir un actif, et bien plus encore.

Mentionné dans l’épisode:

Lisez la transcription:

Spencer: Hé, avant de passer à l’épisode d’aujourd’hui, je voulais partager avec vous une petite astuce SEO qui fonctionne très bien sur l’un de mes sites. En fait, c’est owntheyard.com, mon site Niche Site Project 4. J’ai créé des liens internes avec ce site. Une chose que j’aime faire est de trouver toutes les pages orphelines sur le site, donc nos articles qui n’ont pas de liens pointant vers cela. J’utilise Link Whisper pour trier simplement ces pages par celles qui n’ont pas de liens internes ou très peu de liens internes. Il est très facile d’utiliser Link Whisper et les rapports pour le faire.

Je suis allé de l’avant et je suis passé par un tas de ceux qui n’avaient aucun lien. J’ai ajouté un ou deux liens internes à ces articles et je commence à voir un grand mouvement dans le classement. Je suivais et, en fait, cela fait environ 25 jours que je n’ai créé pour la plupart de ces liens qu’un ou deux liens internes et je voulais partager certains de ces résultats.

L’un de ces mots clés m’a classé au 32e rang sur Google. J’ai construit un lien interne. Maintenant, cela a été (comme je l’ai dit) un peu plus de trois semaines plus tard et je me classe désormais numéro un dans Google pour ce mot-clé particulier. Un autre de ces mots clés, j’ai construit un seul lien interne vers cette page. Je me classais à plus de 100. Je me classe maintenant au neuvième rang sur Google. Un autre, je me classais au 21e rang sur Google. J’ai construit un seul lien interne, et maintenant je me classe au deuxième rang dans Google. Encore une fois, c’est tout environ 25 jours plus tard.

Quelques-uns de ces autres, j’ai construit cinq liens internes pour ce mot-clé particulier. Je me classais au-dessus de 100 et maintenant je me classe numéro un. Un autre de ceux-ci, j’étais classé numéro cinq dans Google, et j’ai construit huit liens internes et maintenant je me classe numéro un dans Google pour ce mot-clé particulier. Je constate un impact énorme sans créer de liens externes vers ces pages particulières. Nous savons que les liens externes sont importants et peuvent beaucoup aider, mais il y a une tonne qui peut parfois être laissée sur la table avec des liens internes.

J’utilise mon plugin WordPress, qui s’appelle Link Whisper pour créer des liens internes. Il est très rapide et facile de voir un rapport complet sur votre site, le nombre de liens internes de chacune de vos pages, puis de créer ces liens internes de manière très rapide, efficace et efficace. Je vois de gros résultats en faisant cela sur mon propre site. J’espère que vous pourriez envisager de vérifier Link Whisper en allant sur linkwhisper.com. Merci beaucoup.

Salut tout le monde, bienvenue au podcast Niche Pursuits. C’est encore Spencer Haws avec nichepursuits.com. Aujourd’hui, j’ai un très bon épisode avec Richard Patey de RichardPatey.com. Ce que Richard a fait beaucoup, c’est acheter et vendre des sites Web. Nous allons entendre son parcours sur l’endroit où il a commencé à créer des sites Web. Il a commencé avec un magasin de livraison directe et vous saurez pourquoi il a abandonné, mais il a ensuite beaucoup acheté et vendu des sites Web. Maintenant, en fait, il a tout fait. Il a pris l’argent des investisseurs. Il a investi son propre argent, a essayé de créer un portefeuille, de vendre ces sites et tout le reste.

Nous allons parler de l’ensemble du modèle commercial d’achat et de vente de sites Web. Nous allons entendre son histoire, ses succès, certaines de ses difficultés en cours de route, et nous plongerons également un peu dans son site Web dont vous avez peut-être entendu parler, flippingwebsites.coet le groupe Facebook qui y est associé. Il a construit ceux à partir de zéro qui ont construit un public assez important, mais il a récemment vendu cela. Il a vendu ces actifs et nous allons entendre l’histoire de pourquoi il a fait cela et quelle est sa participation (qui est très peu ou pas du tout à ce stade), mais je vais le laisser partager cela.

Nous parlerons des meilleurs endroits pour acheter des entreprises en ligne, quels sont les signaux d’alarme et d’autres moyens de faire preuve de diligence raisonnable sur les transactions potentielles, combien de temps vous devriez conserver votre actif et d’autres choses auxquelles vous pourriez penser lorsque vous essayez d’acheter ou de vendre un site Web.

J’espère que vous apprécierez l’interview et si vous êtes intéressé à suivre avec Richard, vous pouvez toujours aller sur richardpatey.com et il a une nouvelle newsletter qui est plutôt cool. Une liste organisée des offres qu’il trouve hors des offres du marché ou des bonnes affaires qui se trouvent dans d’autres endroits. Vous pouvez vous inscrire à la newsletter chaque semaine et en être informé. C’est richardpatey.com/premium. Voici Richard et profitez de l’interview.

Bonjour Richard, bienvenue dans le podcast Niche Pursuits.

Richard: Hé Spencer, c’est super d’être ici.

Spencer: C’est super de se connecter. Nous nous sommes connectés la semaine dernière lors d’un appel pour discuter un peu des affaires, mais c’est formidable de s’asseoir avec vous et de pouvoir partager votre histoire avec le public de Niche Pursuits, donc je suis vraiment ravi de vous avoir à coup sûr.

Richard: Et moi aussi. J’écoute depuis de nombreuses années et je suis ravi de parler avec vous.

Spencer: Bien, merci. C’est toujours bon de savoir qu’il y a encore quelques auditeurs. Je vois les chiffres sur le podcast et c’est super de savoir que les gens écoutent toujours.

Richard: Je suis sûr que ça monte pour vous.

Spencer: Oui, ça va très bien à coup sûr et je dirai (ne pas aller trop loin sur une tangente ici), je blogue et certainement le blog reçoit plus de trafic que mon podcast, mais quand je rencontre des gens en personne, ils disent généralement , «Super podcast. J’adore écouter votre podcast »plutôt que« Hé, j’ai apprécié votre dernier article de blog. »

Richard: Oui, vous pouvez ne pas obtenir autant d’attention en termes de chiffres si vous regardez les téléchargements, mais je pense que l’impact est disproportionné en termes de contenu audio par rapport au contenu écrit.

Spencer: Je suis d’accord. Les gens se connectent un peu mieux avec vous, apprennent à vous connaître, passent plus de temps à vous écouter et il y a beaucoup de choses, audio par rapport à la simple lecture des mots écrits. Avec un peu de chance, grâce à l’audio ici sur ce podcast, les gens pourront vous connaître très bien et sentir qu’ils établissent une connexion. Je voudrais commencer par votre histoire, votre parcours un peu. Dites-nous ce que vous faisiez avant de créer des entreprises en ligne. Quelle a été votre expérience professionnelle ou professionnelle?

Richard: Je n’avais aucune expérience en affaires, je travaillais en fait dans des organisations caritatives, à peu près toutes mes 20 ans. J’ai fait une université de commerce et cela m’a rendu anti-business pendant assez longtemps.

Spencer: Oh vraiment?

Richard: Je n’aimais personne sur mon parcours (en particulier) et la trajectoire était d’entrer dans la grande entreprise, dans des postes d’entreprise, il n’était pas question d’entrepreneuriat ou de petite entreprise, et cela m’a vraiment découragé. Alors j’ai pensé: “D’accord, quelle est l’alternative à cela?” Je suis entré dans le secteur sans but lucratif et j’ai participé à la rédaction des soumissions, à la mise en place de financements, à la rédaction de soumissions pour les contrats, les contrats gouvernementaux, les subventions, les fiducies, les moyens de bienfaisance pour gagner de l’argent, et j’étais plutôt bon dans ce domaine. Donc, je pense que la chose cohérente tout au long du processus est le fait que je pense que je suis assez bon pour écrire et convaincre les gens.

L’organisme de bienfaisance a bien fait dans la mesure où il rapportait beaucoup d’argent, mais il était si inefficace de le dépenser. Il y avait tellement de gaspillage et j’ai été très déçu. J’avais 30 ans et je me suis simplement dit: «Est-ce la bonne voie pour moi? Ce que je fais a-t-il réellement un impact? ” et j’ai décidé juste après avoir eu 30 ans, j’ai quitté mon emploi et créé une entreprise, ne sachant rien de ce que je faisais. J’ai créé le nom de la société Profits Is Good Ltd. C’est un peu comme un moment décisif, une sorte de déclaration de fin de mes journées caritatives et je vais maintenant essayer de gagner de l’argent. C’était la fin de 2009 et c’était le début de moi essayant de trouver comment gagner de l’argent sur Internet.

Spencer: C’est une décision audacieuse, de quitter un emploi, de démarrer une entreprise sans véritable plan solide en place.

Richard: Ou des économies également.

Spencer: C’est une décision très audacieuse et étiez-vous célibataire à l’époque, sans obligations familiales?

Richard: Pas exactement. Je étais célibataire.

Spencer: D’accord, vous pouvez vous en sortir.

Richard: Oui, à peu près. Je gagnais un peu d’argent avec le poker en ligne, alors j’ai pensé à tout le moins, peut-être que je pourrais subvenir à mes besoins. Mais cela n’a pas fonctionné, alors j’ai passé les trois premières années dans les affaires à faire des services parce que je n’avais pas l’argent et le temps pour construire mes propres projets. J’ai commencé à faire des services, des sites Web, je me suis enseigné le référencement et je l’ai proposé comme service. C’était mon début. Je devais apporter de l’argent rapidement, c’est donc ce que j’ai commencé à faire.

Spencer: Qu’est-ce qui vous a amené à offrir ces services? On aurait dit que vous jouiez au poker en ligne et que vous aviez démarré une entreprise, mais qu’est-ce qui vous a vraiment amené dans le monde en ligne? Est-ce que le poker en ligne savait simplement: «Hé, les gens font beaucoup de choses ici»?

Richard: Ouais. Je regardais en arrière, j’ai lu un article de blog résumant tous les défis du site affilié et je me souviens que le vôtre était 2013. J’ai quitté 2009 ou 2010, donc je pense que c’était un Pat Flynn, son premier défi. À cette époque, j’étais un peu au courant de ce terme de sites de niche ou du fait que les gens gagnent de l’argent en ligne, mais je pensais juste qu’il y avait de l’argent à gagner et je viens de le découvrir.

En fait, je vivais avec un développeur Web à l’époque, donc je pouvais voir qu’il gagnait vraiment de l’argent. Je n’avais aucune idée de ce qu’il faisait, mais il a dit: “D’accord, vous devez obtenir un compte d’hébergement et il y a ce truc appelé WordPress.” Ce fut l’introduction, sinon, j’étais complètement désemparé.

J’ai arrêté de savoir que cela existait, il gagnait vraiment de l’argent et je pensais juste que je pouvais gagner de l’argent grâce au poker, ce gars-là gagne de l’argent grâce à tout ce qu’il fait. Je suis sûr que je peux comprendre quelque chose. En fait, je ne pouvais plus supporter ce travail caritatif plus longtemps, alors je me suis forcé à sortir.

Spencer: C’est l’aversion ou la haine du travail qui a vraiment motivé le conducteur à vous faire chercher autre chose.

Richard: Bien sûr.

Spencer: Ce n’était pas tellement que vous avez vu une opportunité ailleurs, c’est juste que vous ne vouliez pas faire ce que vous faites actuellement. Il semble que votre première entreprise en ligne ait été de fournir des services, d’aider les gens à créer des sites Web, le référencement, vous en avez un peu parlé pendant environ trois ans. Parlez-nous de la transition du travail indépendant ou contractuel à la possession de vos propres sites Web et ainsi de suite.

Richard: Comme beaucoup d’entre nous, le tournant a été la lecture de la semaine de travail de 4 heures. Ce livre était énorme pour moi et j’ai pensé: «D’accord, je vais suivre ça», et j’écris quel intérêt j’ai, à quel public, à quel genre de groupes j’appartiens, et puis-je réellement créer une offre dans un domaine que je connais bien? L’un d’eux était le poker, un ski ou la planche à neige, un Apple Mac ou quelque chose, donc vraiment très large.

À l’époque, je pense que c’était en 2012, début 2013, Apple avec l’iPhone venait de publier la nouvelle fonctionnalité panorama dans leur iPhone, et je me suis dit: «C’est vraiment cool, comment allez-vous pouvoir imprimer ces derniers? ” À l’époque, même à l’époque, il s’agissait de très gros fichiers, ils étaient très larges (de mémoire), comme 10 000 pixels de large. Je me disais: “D’accord, je les prends, j’ai un iPhone, comment vais-je les imprimer?”

J’ai fait quelques recherches sur Google et il n’y avait rien de disponible, alors j’ai pensé: «D’accord, eh bien, je pense que d’autres personnes vont chercher comme moi. Pourquoi je n’essaye pas de créer un service pour faire imprimer ces choses? “

Je connais Shopify depuis un petit moment et j’ai créé une boutique Shopify, mis en place les différentes tailles que je pensais pouvoir offrir, trouvé une imprimante locale ici où j’habite au Royaume-Uni et mis en place les pages produits . À ce moment-là, je ne savais pas ce que je faisais. J’avais une connaissance très basique du référencement et j’ai mis “Imprimer l’iPhone panorama” dans la balise de titre. C’était l’étendue de cela et c’était: «D’accord, cette chose est maintenant en direct. Maintenant, qu’est ce que je fais?”

Environ trois mois se sont écoulés sans aucune vente. Peut-être que je voulais peaufiner des choses et en apprendre un peu plus sur le référencement, mais j’ai finalement obtenu ma première vente. C’était la première fois que je gagnais mon argent en ligne et c’était vraiment un grand moment. C’était une vente de 50 $ (peut-être), j’ai fait un profit de 20 $, mais c’était le début.

J’ai commencé à lire davantage sur le référencement, à parler aux gens, à apprendre et à réaliser comment je pouvais maximiser avec un petit nombre de recherches par mots clés, mais il n’y avait pas de temps pour cela. Je faisais environ 1000 $, peut-être 1500 $ par mois et environ 300 ou 400 $ de profit, mais je ne pouvais pas aller plus loin. J’ai atteint mon maximum de compétences et je pense que je suis au maximum en termes de mots clés à l’époque.

En fait, je me souviens avoir dit à un ami que je songeais à le fermer, sans savoir que c’était en fait potentiellement un atout. Je ne comprenais pas que vous pouviez créer des actifs sur Internet, que cette boutique ou ce site Web pouvait être des actifs. Le gars a dit que je devrais vérifier Flipper. À l’époque, ils avaient un magasin d’évaluation. J’ai entré les détails et suis revenu en disant que cette entreprise ne valait rien. En fait, j’ai fini par le fermer, mais ensuite, en poursuivant mon parcours entrepreneurial, en lisant plus et en écoutant beaucoup plus de podcasts (y compris le podcast Empire Flippers), j’ai réalisé que ce que j’avais créé était précieux et pouvait en fait être vendu.

En fait, le domaine est en place, la page d’accueil est toujours indexée, je remets les produits. Il a fallu un an pour récupérer le trafic de recherche, les revenus, puis je l’ai vendu en 2016. C’était ma première sortie. C’était un tout petit, c’était environ 6 000 $, mais c’était la première fois que je réalisais que je devais moi-même construire quelque chose de précieux sur Internet et que cela avait de la valeur pour les autres.

Spencer: Oui, c’est génial. Voyage très cool. Je soulignerai beaucoup de hauts et de bas et je pense que c’est assez courant pour les personnes qui démarrent une entreprise en ligne, c’est la première chose qui ne fonctionne pas toujours et cela peut prendre quelques années avant de comprendre ce qu’est votre voyage, quel est le chemin est, et vous êtes tombé sur ce modèle de “Hé, je peux construire quelque chose qui a de la valeur en ligne et je peux le vendre.”

Richard: Ouais, et j’ai réalisé ce que je ne voulais pas faire à l’avenir, donc je ne voulais pas faire de livraison directe. Je n’aimais pas traiter avec le service client et les fournitures dans ce cas, les imprimantes. J’ai réalisé que je pouvais classer les sites, j’ai donc évolué vers des sites affiliés et des sites de contenu, pensant toujours qu’un contenu est un domaine dans lequel je pense que je suis le plus fort. Je suis capable de classer, c’est un modèle commercial assez simple , il n’y a pas d’autres pièces mobiles et à partir de cette expérience, j’ai réalisé ce que je ne voulais pas faire et j’ai fini par me concentrer sur la construction et l’envoi de contenus lumineux.

Spencer: Il semble que vers 2016, c’est un peu quand il a commencé à plonger la tête la première dans les sites de contenu, les avez-vous tous construits à partir de zéro ou êtes-vous allé en acquérir?

Richard: Oui, à ce moment-là, tout était encore à partir de zéro et j’ai fait la transition, je quittais les services et je suis passé aux entonnoirs, créant des activités de services dans des sites affiliés, et j’ai vendu cela en 2017 la première fois. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à penser uniquement en termes d’investissement sur un site Web. L’investisseur qui m’a acheté le site avait l’intention de me retenir, alors il a conclu un accord. J’obtiendrai un pourcentage des flux de trésorerie et un pourcentage de la hausse si je continuais à construire le site.

C’était la première fois que je réalisais qu’il y avait des gens avec de l’argent et des gens avec une expertise. Il existe des moyens de créer des partenariats et de générer des avantages supérieurs à ceux que vous pouvez en démarrant de nouveaux sites. Je l’ai fait et nous l’avons renversé un an plus tard, doublé le prix des actifs. C’était en 2018. À partir de cette expérience, j’ai réalisé que j’avais le potentiel de travailler avec d’autres investisseurs et j’ai commencé à l’explorer.

Spencer: Très bien. Pourquoi ne nous emmenez-vous pas un peu dans cette voie? En termes de collaboration avec d’autres investisseurs, à quoi ressemble le modèle pour vous? Quelles sont les choses que vous avez faites là-bas?

Richard: Comme je le disais, à l’époque (pour moi), il était logique de travailler avec de l’argent plutôt que de construire à partir de zéro. Lorsque vous créez un site à partir de zéro (sur un tout nouveau domaine de toute façon), cela peut prendre beaucoup de temps, au moins 12 mois pour vraiment commencer à générer du trafic et des revenus. Si vous pouvez travailler avec de l’argent, vous pouvez acheter un site générateur de revenus existant. Vous pouvez manquer cette période. C’était ma pensée.

Après cette sortie, sortie à six chiffres, j’ai commencé à m’intéresser davantage à l’achat et à la vente de sites Web. J’ai créé le groupe Facebook Flipping Websites, le podcast, et j’ai commencé à me connecter avec d’autres personnes dans le pays, en essayant d’apprendre autant que possible. D’autres personnes construisent, d’autres personnes achètent et vendent, d’autres courtiers de sites Web.

De là, j’ai réalisé que je construisais un public. Les investisseurs commençaient naturellement à me contacter et à me dire: «D’accord, on dirait que vous avez de l’expérience. Je n’ai pas l’expertise tout le temps. Souhaitez-vous vous associer? ” C’était une sorte de processus entrant organique qui a commencé à se produire.

J’ai commencé à conclure des accords en tant qu’opératrice et j’ai vite compris que ce n’était pas l’affaire qui me convenait. Ce n’était pas agréable. Je n’aimais pas la responsabilité de gérer les actifs de quelqu’un d’autre. Je ne pouvais pas particulièrement bien dormir la nuit si vous disposiez de plusieurs sites Web à six chiffres que vous gérez. J’ai réalisé que c’était un service précieux, mais je n’ai pas besoin d’être le seul à le faire et j’ai en fait limité la capacité que j’avais à le faire moi-même.

Je me suis retiré et je me suis ouvert à voir s’il y avait d’autres opérateurs qui voulaient travailler avec des investisseurs, et j’ai commencé à jumeler les opérateurs avec les investisseurs un peu. C’était vers 2018 dans 2019. À la fin de l’été 2019, Andrej d’Alpha Investors a proposé de faire l’acquisition du groupe Facebook Flipping Websites, du domaine et du podcast. Le travail avec les opérateurs m’a arrêté.

Je suis passé à travailler avec Alpha Investors pendant quelques mois, y construisant une opération et un service d’acquisition. Un peu d’expérience moi-même. J’ai réalisé que je ne voulais pas faire ça personnellement.

Personnellement, je suis revenu sur la création de sites à partir de zéro sur des domaines expirants. En particulier, ma stratégie préférée consiste maintenant à acquérir des blocs existants qui ont été abandonnés. J’ai un assez bon processus de sensibilisation pour le faire. Je me concentre sur les sites de révision de logiciels.

J’ai récemment choisi des sites l’été dernier pour seulement 2000 $, mais j’ai un profil de backlink incroyable avec 50-100 backlinks qui coûteraient probablement au moins quelques centaines de dollars à obtenir, et j’ai pu le récupérer pour quelques milliers dollars parce qu’il ne faisait aucun revenu. Avait en fait 100 pages indexées également.

C’est ma stratégie préférée. J’achète des sites existants, leur index qui ont du trafic, qui ont beaucoup de potentiel, qui ne sont pas maximisés. De plus, j’aime jouer avec des domaines expirants, également via et rediriger certains domaines expirés et jouer sur ce marché. Je ne construis pas à partir de zéro, mais j’aime acheter des domaines et des sites à bas prix existants, et les développer maintenant.

Spencer: La raison principale à cela est simplement de sauter le bâtiment, la sortie de la phase sandbox. Vous avez immédiatement un actif qui a autorité, qui a déjà beaucoup de liens et qui peut classer le contenu beaucoup plus rapidement, non?

Richard: Oui, c’est vrai. Vous n’avez vraiment pas besoin d’ajouter beaucoup de liens si vous achetez le bon domaine qui a déjà cette autorité. Vous pouvez simplement vous concentrer sur l’ajout de contenu.

Spencer: Où allez-vous pour trouver ces domaines ou blogs abandonnés? Quel est votre processus?

Richard: Je viens de Google. Vous commencez avec un mot clé de départ. Pour moi, ce sont des critiques de logiciels. J’examinerais différents mots clés tels que le meilleur logiciel de référencement ou la révision des paramètres jusqu’à la fin. Vous pouvez mettre cela dans Ahrefs, dans Content Explorer, vous pouvez développer les résultats pour arriver à 100. Il peut afficher les 100 positions complètes dans le SERP. Vous pouvez l’exporter. Vous pouvez réimporter cela dans l’outil d’analyse par lots dans Ahrefs pour obtenir l’évaluation du domaine et le trafic de recherche de ceux-ci, puis vous pouvez filtrer selon les mesures que vous souhaitez.

En règle générale, si vous effectuez cette opération assez longtemps ou si vous examinez suffisamment d’offres, vous comprenez combien de revenus 1000 visites peuvent générer dans différentes niches. Vous pouvez filtrer par trafic de recherche mensuel et vous pouvez avoir une bonne idée du montant des actifs, vous devrez dépenser pour l’acquérir, puis vous trouverez l’adresse e-mail. Vous pouvez utiliser des outils comme Hunter et envoyer un e-mail disant que vous aimez le site et que vous seriez intéressé à acheter.

Spencer: Ouais. Vraiment juste beaucoup de chasse pour ce que vous cherchez. Déterminez dans quel créneau vous voulez aller, quels mots-clés sont liés à ce créneau particulier, puis tendez la main et faites une offre. Je ne dirai pas que c’est un processus compliqué en soi, mais c’est beaucoup de travail. Quel est votre taux de réussite en termes de, vous devez contacter un groupe de propriétaires de sites Web. Combien répondent réellement semi-intéressés?

Richard: Je dirais que 50% répondent, mais c’est très, très ciblé. Je ne me contente pas de gratter une grande partie des résultats, de trouver les e-mails et d’exploser. Il est vraiment destiné aux sites que je souhaite réellement acquérir. Je dirais 40% -50%, les gens en répondent. Je dirais encore une fois, 40% -50% sont intéressés par l’idée de vendre. Vous touchez généralement des personnes qui n’ont pas pensé à vendre ou qui n’ont jamais vendu un site auparavant, surtout si vous ciblez des personnes qui ont abandonné des blogs. Les gens sont intéressés. Les gens sont très ouverts à la discussion et c’est étonnamment efficace.

Spencer: Comment déterminez-vous que ces blogs sont abandonnés? Êtes-vous en train de regarder la dernière date de publication qui fait deux ans?

Richard: Ouais. Vous pouvez consulter le graphique du trafic de recherche dans Ahrefs, la trajectoire de cela. Vous pouvez consulter les plans du site et voir quand ils ont mis à jour le contenu pour la dernière fois. Tu peux dire. De plus, je suppose qu’il n’a pas nécessairement besoin d’être abandonné. Pour moi, l’essentiel est l’autorité du site si vous recherchez une évaluation de domaine (bien que cela puisse être manipulé). Est-il bien indexé? Obtient-il du trafic dans les classements sur une gamme de pages? At-il un niveau décent de liens plus que s’ils y travaillent activement? C’est plus comme essayer de trouver des sites qui ne semblent pas gagner autant, mais qui ont beaucoup de potentiel.

Spencer: Génial. Vous avez expliqué comment vous avez commencé, beaucoup de choses dans lesquelles vous êtes impliqué, la construction de sites à partir de zéro, la vente, le modèle d’investisseur, et cetera, et ce que vous faites maintenant. Pouvez-vous nous donner un aperçu global (si vous voulez) de votre entreprise aujourd’hui? Je sais qu’il y a quelques autres choses avec lesquelles vous êtes également impliqué. Peut-être donnez-nous simplement une idée de tout ce que vous faites. Où en est votre entreprise en ce moment.

Richard: Le principal objectif en ce moment est que j’ai récemment lancé une newsletter payante pour les investisseurs de sites Web. Cela fait longtemps que j’aime cette idée de newsletters payantes. Il y a ce gars qui s’appelle Chris. Je suis désolé, j’ai oublié votre nom de famille, mais il a créé des actualités payantes qui sont dans la crypto, dans les affaires, dans la vie, dans le capital-risque, et ce sont de vrais actifs que les gens veulent réellement acquérir. Travis Jamison de Smash Digital a acquis une de ces newsletters qui ciblait les personnes intéressées par l’industrie du VC. C’est un très bon modèle et j’ai vu ce genre d’entreprises se vendre sur des marchés et des maisons de courtage comme Empire Flippers, et j’aime beaucoup. Il est incroyablement évolutif.

Pour moi, j’aime tirer parti des médias plutôt que de tirer parti du capital des autres en termes de partenariat avec les investisseurs et ce n’était pas le meilleur endroit pour moi d’opérer. Pour moi, j’aime être très maigre et tirer parti des médias. Quelque chose comme une nouvelle payante qui évolue incroyablement bien. Vous pouvez le prix à un prix très bas et vous pouvez ajouter une énorme quantité de valeur. Je viens vraiment de commencer, les gens sont en train d’être reconstruits, c’est ce deuxième mois, mais je pense que le taux de désabonnement va être incroyablement bas. Avec la newsletter, je trouve les meilleures offres que je trouve sur le marché en termes de courtage et de places de marché.

Les principaux courtiers et aussi palmes, ainsi que les courtiers indépendants. J’ai quelques flux hors marché en me connectant avec des gens qui font leur propre sensibilisation et des courtiers indépendants avant de les mettre sur Flipper. Depuis que je suis connu dans ce site Web investissant de l’espace depuis un certain nombre d’années, j’ai des flux de transactions privées, des connexions et des personnes dans mon réseau qui cherchent toujours à vendre des sites dans leurs portefeuilles. Je peux donc les vendre dans la newsletter. C’est le crochet principal. C’est l’essentiel de la newsletter. Il y a d’autres parties où je peux ajouter de la valeur.

C’est mon objectif principal en ce moment, cela augmente le volume des transactions. Il y a beaucoup de gens qui construisent leurs propres sites pour vendre et il y a aussi beaucoup de choses intéressantes qui se produisent en termes de nouveaux marchés sur le point de se mettre en ligne et beaucoup plus de courtiers indépendants et de personnes qui achètent et vendent des sites Web que je ne le pensais. J’étends vraiment ma portée et je vois beaucoup d’offres.

Chaque jour, je recherche et cherche de bonnes affaires et nous pouvons probablement parler de ce à quoi cela ressemble. C’est mon objectif principal. Je continue également de créer des sites de révision de logiciels et j’ai quelques autres sites Web hérités avec lesquels je n’ai pas vraiment fait grand-chose depuis plusieurs années. J’ai quelques idées, mais je n’ai pas encore le temps. Je publie actuellement des sites d’évaluation de logiciels, mais il s’agit d’une newsletter payante. C’est ainsi que je peux créer le plus de valeur pour l’espace d’investissement de site Web que je connaisse. Ça va bien et je suis content. J’aime vraiment le modèle. Les revenus récurrents sont amusants et cool.

Spencer: Oui, absolument. J’ai quelques autres questions concernant le bulletin ici. On dirait que c’est une newsletter hebdomadaire. En ce moment au moins, c’est 49 $ par mois et vous venez de le lancer (comme vous l’avez dit) il y a quelques mois. Vous êtes vraiment en train de le construire maintenant. En ce qui concerne le contenu qui s’y trouve, vous avez mentionné qu’il s’agit de votre liste organisée de ce que vous considéreriez comme de bonnes affaires. C’est l’essentiel, mais que peut-on obtenir d’autre dans la newsletter, d’autres avantages?

Richard: Auparavant, lorsque j’hébergeais le podcast de sites Web inversés, je continue d’interviewer des gens et maintenant c’est pour les abonnés payants. Ils obtiennent ce contenu. En outre, c’est quelque chose que je voulais faire depuis un certain temps – cela vient de moi qui gère les sites de contenu d’autres personnes – je pense en fait que la plupart du travail peut être basé sur des modèles et que vous pouvez réellement vous transformer en procédures opérationnelles standard.

Je pense que très peu d’expertise est requise. L’expertise vient en termes de recherche de niche initiale, de recherche de mots clés, de taux de conversion. De toute évidence, vous pouvez payer pour que d’autres entreprises le fassent comme vous le pouvez avec la création de liens. Il y a beaucoup d’entreprises que vous pouvez payer pour leurs services. De même, vous n’avez pas besoin d’embaucher des écrivains. Vous pouvez également payer pour les services de contenu.

Il n’y a en fait pas beaucoup de connaissances spécialisées requises en termes de niveau global de travail. En ce qui concerne le maintien du contenu, l’optimisation sur la page, la réalisation d’audits de contenu, la mise à jour de WordPress, tous ces aspects de la gestion d’un site, sa maintenance, puis également les avantages, je pense que vous pouvez réellement créer des procédures pour que d’autres personnes suivent ce don ” t avoir des connaissances d’experts.

J’ai commencé à construire ces modèles de processus. Imaginez utiliser un logiciel appelé Process Street, qui est vraiment amusant. Mon objectif est d’arriver à avoir un manuel d’utilisation complet du site Web, plein de processus individuels, la possibilité pour les propriétaires de sites, pour les investisseurs d’acheter un site Web, puis d’être en mesure de donner à un VA, aux pigistes, à un personnel moins rémunéré liste des activités qui doivent avoir lieu chaque semaine, chaque mois et obtenir l’essentiel de ce qui est nécessaire pour gérer un site Web. En fait, terminé de cette façon.

Spencer: Je pense que c’est un contenu vraiment précieux que les gens de la newsletter peuvent avoir. Non seulement les interviews et le contenu que vous allez fournir lorsque vous parlez aux créateurs de sites Web, aux investisseurs, etc., mais les modèles peuvent être très utiles. Les processus et procédures de création de sites Web ou de développement de sites Web peuvent également être très utiles.

Richard: Absolument. Oui, je pense que ça va finir dans un produit vraiment intéressant, peut-être que je vais le faire à un moment donné, mais pour le moment, c’est juste pour les abonnés ici.

Spencer: Je veux sauvegarder un peu et poser des questions sur flippingwebsites.co et le groupe Facebook. De toute évidence, vous étiez assez connu pour ces entités, puis vous avez vendu cela à Alpha Investors comme vous l’avez mentionné. Pourquoi l’avez-vous vendu?

Richard: Andrej a proposé une offre qui avait du sens pour moi, mais la vraie raison était que je n’avais pas de moyen clair de la monétiser. Je pense que les groupes et les publics Facebook sont fantastiques si vous offrez déjà des services et que vous avez des gammes de produits que vous pouvez vendre au public.

À l’époque, la seule façon de le monétiser était vraiment de parrainer le podcast, de travailler en partenariat avec des courtiers et de gagner des frais de transaction, des frais de référence de personnes que je réfère à eux. Il était difficile de voir un moyen clair de vraiment monétiser cela à l’avenir. L’offre de me faire acheter ces actifs, puis de continuer à jouer un rôle dans la stratégie plus large à l’avenir, était attrayante.

Spencer: Cela vous donne la possibilité de vous concentrer sur ce sur quoi vous voulez vous concentrer, non? Si quelqu’un vient, fait une offre, et l’offre est logique, l’argent aide. Ce n’est pas une mauvaise chose.

Richard: Exactement. C’était logique. Nous faisions des choses similaires à l’époque également. Avec […] il y avait un service opérateur. J’ai eu un service opérateur sur flippingwebsites.co/acquisitions. J’ai eu la même chose, où il y a un formulaire pour que les investisseurs remplissent qu’ils travaillent avec ou aident à faire correspondre les sites Web à leurs critères, donc nous faisons des choses très similaires. Il était logique de ne pas rivaliser de cette façon, de s’associer, et l’acquisition avait beaucoup de sens. Je pense qu’il y a toujours un prix pour tout.

Spencer: Exactement. Plongeons-nous dans un peu de stratégie pour trouver une bonne affaire. You’re going to be curating a list every week, so you’re looking at lots and lots of listings, private deals, et cetera. You spend a lot of time looking at websites that might make a good acquisition, what do you use these criteria to determine what is a good deal and how does a deal make it on your curated list?

Richard: Really, it just goes through a series of filters. The first one for me was a site that has been hit by recent algorithm updates and his traffic continues to trend down. I won’t recommend a site where the traffic is still declining, because you don’t know where it’s going to end up.

If you’ve taken average of the last three months revenue, the last six months revenue, it’s just not an accurate representation of what the site, what the asset currently is worth, because the site was averaging $2000 a month over the last six months, but the last month it made $400 and it’s still going down. You don’t want to say the average, you want to say what it currently is and you don’t know where it’s going to end up. You see a lot of these sites everywhere, on brokerages, on Flippa, but I’m not going to recommend a deal where it’s still going down.

I just don’t think that the people that are subscribing are looking for some additional support. You’ve got to be a real expert and know exactly what you’re doing to be able to acquire a site, know how to stop it from falling and turn it around. It’s a really hard thing to do and that’s the first thing.

Actually, that will eliminate a lot. You’ll see a lot of sites that got hit by recent Google updates, then out declining, and people are looking to sell. That’s the first thing. If the traffic is steady or trending up, then it’s the case of looking at how that traffic is spread, so a wide number of pages that are getting traffic. No single page is getting more than 20%, 30% of the search traffic, because you don’t want to be dependent on just having one page ranking. If that page falls off page one, then your revenue is going to have a really big hit.

It’s looking at keywords. I like to define as keyword dependency and page-level dependency are the major keywords that on near the bottom of page one that could fall off. If the top 10 keywords, top 10 pages look fine, then that passes that filter. And then, it’s the case of looking at the back think profile does. Are there some decent links? Are there a lot of spammy links or low quality links? Does the anchor text profile look natural? Just eliminating and passing through all these filters until you find sites that you think would be a good purchase and then also the other part is that, identifiable upside available.

I give notes on every deal that I recommend in terms of, “Here’s the upside that I see and this is what I would do if I was purchasing.” I like to mitigate the risk and then say that, “Here’s the site that passes my filter and this is the upside available. This is why I think it’s a good purchase.” Then it’s absolutely the investor to then really value that themselves.

There’s obviously always an asking price, but it’s not for me to question that asking price or trying to get a low in multiple. I want to educate investors to be able to best value that for themselves. Likewise, I like to include the average revenue amount rather than average profits, because some investors may. The current site owner may reinvest a lot of money into contents and links, from the cashflow and the next site owner may not want to do that.

It’s much easier to compare revenue, that when you look at revenue rather than profit between sites. I leave it up to the investors to value, but I’m not going to recommend a site where people are asking for insane multiples. They’re the main filters.

Spencer: I think that’s good. I mean that’s a huge time saver for people. There are hundreds of listings across, lots of brokerage sites that people could be looking at every day. To be able to have a curated list, where somebody has gone through those filters like you mentioned, can be helpful for sure. Is there a particular size of deal that you include or is it just any good deal?

Richard: Yes. I like to have a good range. I actually thought that the audience that was subscribing would be capped out to the around $250,000 in terms of a purchase, but in the first email, which was actually just last week, I was asking if this assumption is accurate, “If you would like larger deals? Email, reply, and let me know.” Some people are saying, “Yes, we’re interested in large deals like up to half a million.”

Right now, I’m listing anything from decent expiring domains, right down from the domain level through micro-acquisitions, $10,000 slides, went $20,000-$30,000 slides. I’d say the average or the typical price range is $30,000-$300,000. That’s the vast majority of where the interest is. I want to try and get a complete range from non-revenue generating sites with potential, right up to individual investors that are looking for half a million purchases. It’s that area. It’s not seven figures. It’s a smaller side of the markets.

Spencer: That’s the side of the market that I love as well. There’s a lot of great deals in that range that you just mentioned. People can buy sites that are making a couple of thousand of dollars a month. Often, these are sites that haven’t been fully optimized or that there’s a lot of meat left on the bone, things that you can do to leverage and perhaps, even double or more the site relatively quickly. I think that is a range that is really attractive to a lot of people.

Richard: Definitely and myself, that’s the range that interests me. I don’t have the risk profile of getting involved in seven figure deals. Personally, I like to look for myself for these micro-acquisitions, that’s what I personally like to do, but that takes a lot more focus and effort. You need to obviously have a strategy and create a lot of content for cascading those.

If you’re looking to be more of an investor, then have the assets maintained, and if you’re using the process templates by other people, then you want to purchase existing websites that are already generating decent revenue. It’s a lot easier to scale existing sites that are making money where you see upside, but my personal preference is to purchase the smallest sites and be a lot more active myself. It’s fun. I would be doing this anyway. It’s a very good fit.

Spencer: Yeah. Definitely, whether or not people are getting your newsletter, a lot of people are always asking, “Where are the best places to go and buy a website?” There’s Flippa, there’s Empire Flippers, FE international, Quiet Light Brokerage. We could name a dozen other brokerages that are out there, where do you recommend that people go to buy online business?

Richard: There’s a huge number of places where people can go. I’m a big fan of Empire Flippers. I’ve been following those guys for a long time, I sold a site through them, two sites, the drop ship store and then the software review site. I’m a big fan of Empire Flippers and I have a good relationship with those guys.

That’s the issue. How many do you look at and how much time do you spend trying to find these deals? It is time intensive. I’m starting to create processes now for looking through listings more efficiently. Especially on Flipper, for coming out with search parameters and getting other VAs involved in finding deals for me. It’s very time-intensive to find good deals. There’s all the big brokerages available. There’s also the big marketplace Flippa, there’s all of independent brokers that are also listed on Flippa that you can sell your site through or content those to see whether they have deals. It’s a lot of work.

I think you need quite a bit of support the first time you purchase, in order to know that what you’re acquiring is a decent acquisition and not to get burned. I’ve seen a lot of people get burned, including myself. I’ve had bad experience from purchasing through a brokerage, not because of the brokerage but in terms of the seller that was doing something shady and then went dark on me. This is when I was partnering up with the investor that bought my site. We were acquiring additional sites and the second one that we did together, we got burnt. Je ne suis pas sûr. It could be pretty wild out there.

Spencer: Right. So, the bottom line is there’s not one definitive place to go. Any particular brokerage might have a good deal, you just have to do the due diligence. You mentioned a lot of the filters that you use that other people can use wherever they are looking to determine what is a good deal and what’s not.

I will just mention and I know we talked about this. Motion Invest is a business that John Haber and I launched not too long ago, where we are selling assets in the micro acquisition range. These are deals that we’ve looked at and actually acquired ourselves, and then we are selling out of our own portfolio sites there. We do our best to do our due diligence and make sure that we have good deals listed on Motion Invest. That is another place people can go as well.

Richard: Yeah, definitely. I’m going to be featuring some of your deals and in the newsletter, I hope.

Spencer: That would be excellent for sure.

Richard: Yeah, and I really like the approach you have where it’s actually your own sites that you are selling, that you’ve acquired or that you’ve grown yourselves. I see a lot more of these. I think this is a new direction for the industry. I think this type of offering and service is going to grow so you don’t necessarily need to go through a broker in the future. I think it’s going to be more choice available and people. I think it is far easier for people to sell their own sites now than previously. A lot more opportunities to be able to sell directly to investors as well.

Spencer: Right, definitely. There’s certainly some gaps in the marketplace that we felt like there were for both selling your site, perhaps a little bit quicker, and then just being able to have a little bit more due diligence, a little bit more of a curated list or websites. At least we as industry experts (John and I) feel like we have, and we are willing to buy and then sell these sites.

Richard: Exactly. You are using your own money. You are actually acquiring them so that’s amazing validation there. I think that’s very credible and the site has value rather than if you are dealing with some lesser-known broker. It’s going to be much easier to trust that you guys actually have something of good value rather than someone who is only making money by selling a website for someone else.

Spencer: My final topic here is you mentioned a number of times that you are looking for and buying expired domains or that you’ll feature some on the newsletter (perhaps). How would you recommend people go and find premium domains or expired domains that have value?

Richard: This is something that I have been looking into over the last week and having more conversations with people about. Previously, my strategy was buying these existing small sites but I’ve heard a lot more people building out on expiring domains, auctioned domains, and doing that really effectively. I got a buddy named Ron who I’ve known for quite a while and happened to be a subscriber. On Wednesday, I was listing one of his sites, that was the first one from his portfolio. His strategy is building out on expiring domains. He actually has a guy full time looking for them. Searching GoDaddy Auctions and other ways he’s finding that I’m not aware of. But I’ve recently come across other people who are building on expiring domains and having conversations with them.

Recently, I spoke to a guy called Hector from hikkup.com and this is his approach. He’s buying expired domains, adding content, and then selling to the marketplace to his list and I’ll be featuring some of his sites in the newsletter. He’s put me onto this service called Audiys which is audiys.global and it’s a private marketplace for domains. You have to get an invite. I’m sure we can get one for you, Spencer. I was fortunate enough to get an invite.

Having connected with the guy behind it, it’s a marketplace where they’ve already acquired domains. They’ve acquired the auction domains and they’ve thrown up a static page, a home page in order to get it indexed. These are really top quality domains with real reasonable prices. The average looks around $1000. They’re already indexed, ready to go, and ready to be transferred. I’m going to be looking at these in more detail.

I’ve also connected with some other independent domain registrars that are able to drop cached domains as well. There’s this whole new site that I’m now exploring and I’m going to be using these expiring domains and testing building out on them in addition to buying these small existing sites. It’s a whole new industry. It’s a whole other area. This is not going to be the main focus of what I am doing with the newsletter, but I’m really interested behind it.

The guy Hector from Hikkup has got at least 30 sites in his portfolio that’s all from expiring domains that he then adds a lot of content to. He’s actually got a blog post where he talks about publishing three million words a month, which is crazy. He’s recruited at least 40 freelance writers all working for his domain. It’s not a content agency, it’s just for his expiring domains so this is really cool for me.

I’m learning from these people so expiring domains is a new area for me that I’m going to be experimenting with myself, but you are able to get really fast results because they are already indexed, already got great domain, great links to them, that’s the whole point. They just need some decent content and good keyword research. There’s no real downside with that which I really like as well. There are places where you can find them, people aggregating, and people acquiring to then resell.

Spencer: I might have to check out a couple of those people that you mentioned there for sure and resources, but overall what I love is just there’s so many different models and approaches that people can take whether that’s building out a website on an expired domain that’s already got a really strong backlink profile, building something from scratch on their own, buying an existing website, or even being an operator working with investors.

We’ve talked about four or five different business models that people can take all in the content affiliate website space. There’s just really a lot of different approaches and maybe that’s one takeaway from this podcast. For people is to just open their eyes a little bit, to thinking creatively, and thinking about different ways that you can get started or expand your online business is taking advantage of just these different approaches.

Richard: Yeah, it’s a huge market. It’s a huge business opportunity. Content size is the only thing that I now do, that I focus on, and there really is a huge opportunity here. A lot of money continues to come in from new investors. Obviously, we have the reason why we are recording this second week of January but over Christmas and start January […] and with the fallout from that. That had some ripple effects going forward, but there’s a lot of money looking for attractive yields and if you could match that with expertise, then there’s a lot of opportunity in this space.

Spencer: I agree. Richard, I appreciate you coming out on the Niche Pursuits Podcast. It’s been a pleasure talking with you, going over your business, and hearing some of your words of wisdom. If people want to follow along with you or check out your newsletter, where should they go?

Richard: Thanks, Spencer. It’s richardpatey.com and then the newsletter is richardpatey.com/premium. I call it Patey Premium, which was a working title, but it just seemed to stick. I couldn’t think of a better one. That’s the place to go.

Spencer: All right, very good. People can go to richardpatey.com to stay in touch with you or check out the newsletter. Overall, I just really, really appreciate you coming onto the Niche Pursuits Podcast, so thank you.

Richard: Thanks, man. Like I said, I’ve been listening for a long time and this is slightly surreal to be on it. I can remember all the different places that I was listening to different episodes overseas and while going on long drives. It’s great to be on and to get to the point where hopefully, I’ve gotten some knowledge and value to share. This has been a 10-year journey, that’s the thing. I am 40. I started at 30 and now I’m 40, so it’s been a long journey and it was great to be on with you.

Spencer: Yeah, thanks again for coming on and it’s great that you were a listener or are a listener for so long. It’s been great to have you on. Merci encore.

Richard: Thanks, Spencer.

Spencer: Thank you once again for listening to the Niche Pursuits Podcast. As a reminder, this episode has been sponsored by Ezoic. Ezoic is a Google award-winning technology that everyone from niche website owners to major brands use to grow and monetize their websites. Ezoic is a Google-certified publishing partner. It’s a platform that leverages artificial intelligence to help you optimize revenue and monetization on a per visitor basis and so much more. If you want to check out Ezoic, go to nichepursuits.com/ezoic. Thanks a lot.

Posted on 19 mars 2020 in Marketing d'affiliation

Share the Story

Back to Top