Rencontrez Hadar Ashuach : de Tsahal à millionnaire de 20 ans


A 20 ans, Hadar Ashuach est un millionnaire qui a fait fortune alors qu’il était encore au lycée, entre études et rencontres, en vendant des produits en ligne.

Dans son dernier livre, Ashuach raconte l’histoire de sa vie jusqu’à présent, comment malgré son amour de l’argent, il est déterminé à convaincre le monde que ce n’est pas tout.

Personnalité riche et célèbre d’Internet avec des dizaines de milliers d’adeptes, il dirigeait déjà trois sociétés de marketing en ligne à l’âge de 16 ans ; a fait son premier million à 17 ans; et figurait sur la liste du président des 70 jeunes les plus influents d’Israël. Il a également fait des voyages sauvages à l’étranger, a expérimenté la drogue et l’alcool dans le but d’élargir sa conscience et a sombré dans la dépression – une dépression physique, mentale et économique, suivie d’un rétablissement.

Servant maintenant dans une unité de combat d’élite de Tsahal, Ashuach ne renonce jamais à ses séances de méditation quotidiennes, même s’il a passé toute la nuit à s’entraîner avec son unité. Il est également bénévole à Adi Negev Nahalat Eran, un village de réhabilitation fondé par le major-général. Doron Almog. L’obsession est un mot clé dans le vocabulaire d’Ashuach.

« Le succès n’est pas aussi simple que les mentors aiment le présenter », affirme Ashuach. « Si vous n’êtes pas obsédé, alors il vous sera extrêmement difficile de réussir. Ma définition d’être obsédé est d’être tellement déterminé à accomplir quelque chose que vous en rêvez la nuit et y pensez quand vous êtes sous la douche. Il n’est pas facile de créer trois entreprises, de gérer des dizaines de jeunes employés, de gérer des commentaires négatifs ou d’écrire un livre pendant que vous êtes en service dans une unité de combat d’élite de Tsahal.

“Beaucoup de gens me disent qu’ils n’ont pas de personnalité obsessionnelle. Je les corrige en disant qu’ils n’ont tout simplement pas encore compris quelle est leur obsession. Tout le monde est né avec des problèmes mentaux avec lesquels il vit toute sa vie », note Ashuach. « Ces idées folles qui les fascinent peuvent soit devenir le plus grand atout d’une personne, soit devenir son pire cauchemar. Tout dépend de la façon dont vous utilisez ce que vous avez reçu. Pour moi, c’est mon obsession. Je suis obsédé par les nouveaux jeux, je suis obsédé par l’attention et les sucreries. Et ma plus grande obsession est l’argent. Je ne peux pas m’en empêcher – je le veux tellement – ​​et tellement.

Pourtant, malgré tout cela, le titre de son dernier livre est Ce n’est pas seulement une question d’argent – Trois principes qui m’ont ouvert la voie pour atteindre la véritable liberté économique avant mes 20 ans.

« Dans mon esprit, c’est très simple », explique Ashuach. « Si vous avez de l’argent mais que vous n’avez pas de temps, alors vous êtes malheureux. Si vous avez de l’argent mais que vous n’avez pas d’amour ou de santé, alors vous vous sentez misérable. Si vous avez de l’argent mais que vous n’avez aucune valeur et que vous êtes une personne terrible, alors votre argent ne vaut rien. Si la seule chose que vous appréciez est l’argent, alors allez juste braquer une banque. C’est le moyen le plus simple de l’obtenir. La vie est plus grande que tout cela. L’amour, la santé, la liberté, le sens – toutes ces choses sont bien plus importantes que l’argent. L’argent n’est que l’outil qui m’aide à avoir un impact sur le monde.

  Voyage coûteux : Hadar Ashuach a fêté ses 18 ans en Thaïlande (crédit : Courtoisie) Voyage coûteux : Hadar Ashuach a fêté ses 18 ans en Thaïlande (crédit : Courtoisie)

Comment l’armée israélienne a-t-elle influencé sa pensée ?

« En servant dans l’armée, j’ai vraiment commencé à comprendre que je suis qui je suis sans aucun lien avec l’argent que j’ai gagné. En fait, c’est le contraire qui est vrai – je pense que j’ai gagné tout cet argent grâce à qui et ce que je suis. Le fait qu’à l’âge de 20 ans j’aie la capacité d’aider tant de personnes – que ce soit ma famille, mes amis ou même des personnes que je ne connais pas – est un grand honneur. Je veux continuer à aider les gens pour le reste de ma vie.

ASHUACH, qui est né à Jérusalem et a grandi à Zichron Yaacov, est le plus jeune de cinq enfants d’une famille nationale-religieuse. Son père était un pilote de Tsahal et sa mère travaillait en médecine alternative.

“J’étais très introverti, un grand geek”, se décrit Ashuach comme un enfant. “Je n’avais pas beaucoup d’amis – en fait, je n’avais qu’un seul ami. Tout le monde pensait que j’étais trop bizarre. Il a été victime d’intimidation et exclu des activités de ses pairs, mais cela ne l’a jamais empêché de rêver grand.

Quand il a eu 14 ans, Ashuach a essayé en vain de trouver un emploi. Il a décidé d’apprendre le codage via des cours en ligne gratuits, puis a commencé à créer des sites Web pour les parents de ses connaissances. Au lieu de traîner avec des amis pendant la récréation scolaire, il s’asseyait et écrivait du code.

« J’avais de l’argent et j’ai vite compris que l’argent ne valait rien si on n’avait pas le temps d’en profiter », se souvient-il.

Avec une grande confiance en lui, il a commencé à travailler dans le domaine du marketing d’affiliation, un modèle publicitaire dans lequel une entreprise rémunère des éditeurs tiers pour générer du trafic ou conduire vers les produits et services de l’entreprise. Au début, Ashuach a perdu presque tout ce qu’il avait gagné jusque-là. Pourtant, peu de temps après, il a commencé à engranger beaucoup d’argent. A 16 ans, il avait déjà des centaines de milliers de shekels sur son compte bancaire.

Dans sa prochaine étape, Ashuach a commencé à transférer ses connaissances aux individus. Il s’est filmé en train de donner des cours sur Internet. Certaines personnes ont affirmé qu’Ashuach utilisait une structure pyramidale et trompait les gens, mais il ne désespérait pas.

« Il y a aussi des gens qui prétendent que le monde est plat », ajoute Ashuach avec un sourire narquois. « Comparer le marketing d’affiliation ou la vente de cours avec des systèmes pyramidaux est fondamentalement faux. Lorsque je m’engage dans le marketing d’affiliation, il n’y a personne d’autre au-dessus ou en dessous de moi qui gagne de l’argent. Bien que j’enseigne à d’autres comment gagner de l’argent sur Internet, je ne suis en aucun cas connecté à leurs futures transactions commerciales. Si vous prétendez que le modèle économique de mon entreprise est basé sur un système pyramidal, cela signifierait que chaque établissement d’enseignement et université est également un système pyramidal.

Cependant, les obsessions ont leur propre pouvoir.

« J’étais capable de travailler trois nuits de suite sans dormir. J’ai une très forte éthique de travail et j’étais très déterminé à créer un cours qui allait devenir un best-seller. Mes années de lycée étaient complètement folles. Imaginez ce que c’est que de gagner 100 000 shekels une nuit, puis le lendemain matin, vous faire crier dessus par votre professeur de littérature et échouer à un examen.

Ashuach a fêté son 18e anniversaire en Thaïlande, où il est resté un mois, dormant dans des suites luxueuses coûtant des milliers de dollars la nuit.

«Au lieu de me réveiller pour l’école tous les matins, je me suis retrouvé en Thaïlande, en train de passer le meilleur moment de ma vie. J’allais à des soirées, je prenais de la drogue, me bronzais sur la plage, faisais quelques affaires et flirtais avec des filles. J’ai perdu environ 250 000 shekels en cinq semaines. Tout a un prix. Puis, quand j’ai essayé de me concentrer, les choses ne fonctionnaient plus comme avant. J’échouais dans tout ce que je faisais. J’ai perdu tellement d’argent sur les erreurs que je faisais.

« J’étais sûr que l’univers m’envoyait un message pour quitter toutes les opérations commerciales que je gérais en Israël et partir à la conquête du monde. J’ai dit à mes partenaires que j’allais devenir milliardaire à mon retour des États-Unis. Garçon, j’étais naïf ! Tout au long de ma dernière année de lycée et l’été suivant, j’ai déménagé toutes mes opérations à l’étranger, et à chaque étape, j’ai fait toutes les erreurs possibles. Je n’étais pas préparé. Je n’avais pas fait assez d’études de marché. Je n’avais suivi aucune de mes propres règles. Je n’arrêtais pas de me heurter à un mur.

Un autre problème est survenu : Ashuach est devenu accro à la marijuana. Six mois plus tard, à l’âge de 18 ans, il est rentré chez lui en Israël après avoir perdu plus d’un million de shekels. La bonne nouvelle : « J’ai arrêté de fumer de l’herbe.

Ashuach passe actuellement son temps à travailler dans le marketing numérique, gagnant également des revenus grâce au marketing d’affiliation et aux produits d’information. De plus, il commercialise des produits et des cours sur Internet, recevant une commission à chaque vente. Il enseigne à d’autres entrepreneurs et propriétaires d’entreprise comment se vendre et générer des revenus supplémentaires.

Avec les encouragements de son frère aîné, Ohr, un rabbin d’une yeshiva hesder qui s’était chargé d’aider son frère à mettre de l’ordre dans sa vie, Ashuach s’est enrôlé dans une unité de combat de Tsahal.

« Avant de rejoindre l’armée, je pouvais aller où je voulais, quand je voulais, et faire ce que je voulais. Une fois que j’ai commencé mon service militaire, j’ai dû demander la permission pour chaque petite chose. Et pourtant, je savais que je faisais la bonne chose.

« Pendant que je porte une civière sur laquelle était allongé l’un de mes camarades, mes affaires rapportent un million de shekels par mois. Quand je rentre de l’armée, toutes les deux ou trois semaines, la première chose que je fais est de faire un gros câlin à ma mère et à mon père. Ensuite, je me repose un peu, je travaille un peu et je tiens quelques rendez-vous d’affaires. Ensuite, je sors avec ma famille ou mes amis ; de temps en temps, je sors à un rendez-vous. Ma vie est la combinaison la plus étrange de la vie de soldat, tout en fonctionnant également en tant que PDG en charge des employés, développant des start-ups et rêvant de ma prochaine grande entreprise.

« Quand j’ai réalisé que j’avais trouvé un vrai chemin vers le succès, j’ai décidé d’écrire un livre à ce sujet. Le chemin que j’ai emprunté a été semé d’embûches et d’échecs, mais j’ai surmonté ces obstacles et j’en ai grandi.”

Quelles ont été les stations les plus significatives de votre vie jusqu’à présent ?

“J’ai eu tellement d’expériences variées qu’il n’y aurait aucun moyen de toutes les énumérer dans un seul article de journal. J’ai arrêté d’être religieux. Je suis devenu accro à l’herbe. J’ai participé au programme de mathématiques de Bar-Ilan pour les élèves surdoués. J’ai fait beaucoup de voyages. A eu de nombreux échecs. Relations expérimentées. A rejoint l’armée israélienne. Il n’y a qu’une seule chose que je changerais si je pouvais recommencer, et ce serait de passer plus de temps avec mon oncle Ron qui a été tué dans un accident de parachutisme. C’était une personne incroyable ; il avait un si grand cœur et un sourire contagieux. J’aimerais tellement pouvoir le revoir.”

Tout le monde n’a pas réagi positivement au succès d’Ashuach, et il y a beaucoup de commentaires en ligne de personnes qui ne sont pas d’accord avec ses recommandations.

« Il y a toujours eu de la jalousie, et il y en aura toujours », répond Ashuach. « J’essaie de prêcher l’amour et de ne pas prêter attention à la jalousie. Mon message est le suivant : j’ai de l’argent, et vous pourriez aussi un jour.

«Quand j’étais enfant, j’ai beaucoup souffert de l’intimidation. J’étais l’enfant le plus impopulaire de ma classe. Il y avait de nombreux jours où je rentrais de l’école en pleurant. Aujourd’hui, je sais que la façon de gérer la haine est de donner beaucoup d’amour et d’énergie positive. Je sais que je ne devrais pas prendre les choses à cœur, surtout à notre époque où les gens se sentent particulièrement libres de s’exprimer lorsqu’ils tapent sur leur clavier.

« J’essaie de porter une attention particulière aux personnes qui ont souffert de situations sociales difficiles. Je les comprends vraiment et cela me rend tellement triste que la cyberintimidation soit encore si fréquente. »

Et après?

« Oh – j’ai tellement d’idées dont je rêve, je ne saurais pas par où commencer. Je veux terminer mon service militaire. Ensuite, je veux démarrer de nouvelles entreprises, peut-être obtenir un diplôme ou deux, et éventuellement rendre le monde meilleur. Je veux me débarrasser de la pollution et faire quelque chose de significatif chaque jour. Mais mon plus grand rêve est de trouver le véritable amour qui ne dépendra de rien, d’être heureux à cause de qui je suis, et non à cause de ce que j’ai. Être une bonne personne, et peut-être un peu plus modeste. Pour voyager partout dans le monde et rencontrer des amis.

« C’est ce qui est vraiment important. Ce n’est pas qu’une question d’argent.

Traduit par Hannah Hochner.



Posted on 26 août 2021 in Marketing d'affiliation

Share the Story

Back to Top